Redécoupage: une proposition applaudie par les intervenants

Partager

Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les intervenants politiques de la région qui étaient intervenus lors des audiences de la Commission de délimitation des circonscriptions électorales fédérales pour le Québec sont unanimement satisfaits de voir les commissaires reculer sur certaines propositions jugées «exagérément audacieuses». Et ils se réjouissent de voir que certaines de leurs propositions ont été entendues et prises en compte.

Le député de Trois-Rivières, Robert Aubin, en plus de faire le constat que le rapport de la Commission donne écho à plusieurs propositions du NPD pour l'ensemble du Québec, remarque que les commissaires ont pris en considération la nécessité de «mieux desservir les communautés d'intérêts».

«Je comprends qu'une circonscription calquée sur les limites de la ville de Trois-Rivières aurait été impossible compte tenu de l'écart permis par rapport au ratio, mais au moins on retrouverait le noyau urbain dans une même circonscription», explique le député. Celui-ci mentionne que le secteur Cap-de-la-Madeleine écopait beaucoup dans la proposition des commissaires, avec ce partage saugrenu dans trois circonscriptions différentes.

Sa collègue de Berthier-Maskinongé, Ruth Ellen Brosseau, aurait sans doute voulu, comme beaucoup de ses collègues, conserver le statu quo. Mais dans les circonstances, elle salue le travail des commissaires, pour qui, selon elle, la tâche était loin d'être évidente. «Je comprends qu'on ne pouvait pas garder le statu quo. Et je pense que c'est normal pour Trois-Rivières-Ouest d'aller vers Trois-Rivières. Je suis surtout contente de voir que la Commission a choisi de garder le nom de Berthier-Maskinongé plutôt que Gilles-Villeneuve», remarque la députée néo-démocrate. Elle avait d'ailleurs reçu plusieurs commentaires de ses électeurs qui remettaient en question cette idée.

Enfin, le maire deSaint-Séverin et ex-député fédéral de Champlain, Michel Champagne, se réjouit de voir que la MRC de Mékinac ne soit pas morcelée. «On était d'avis que le nombre de personnes que l'on trouve à Saint-Adelphe et à Saint-Séverin ne justifiait pas qu'ils se retrouvent absolument dans une autre circonscription. Je me réjouis de voir que la Commission a pris en considération notre opinion», explique-t-il. «Comme député, c'est beaucoup plus facile à travailler quand on respecte les limites des entités administratives existantes», ajoute-t-il.

Même s'il aurait aimé que le toponyme de «Champlain» - bien ancré dans l'histoire des MRC des Chenaux et de Mékinac - soit maintenu quelque part dans le nom de la circonscription, Michel Champagne estime que ce n'était toutefois pas la principale préoccupation. «Le nom, c'est accessoire. Ce qui importe, c'est de respecter l'intégralité des territoires», conclut-il.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer