Redécoupage des circonscriptions: la région s'en tirerait plutôt bien

Partager

Sur le même thème

Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'hérésie appréhendée n'aura finalement pas lieu. Le redécoupage de la carte électorale fédérale ne devrait n'avoir somme toute que des impacts mineurs dans la région. Et contrairement à ce qu'avait proposé la commission chargée de proposer une nouvelle carte électorale, aucune circonscription ne changera de nom. Pas question donc de se retrouver dans Gilles-Villeneuve, dans Paul-Comtois ou dans Shawinigane avec un «e»...

La commission de délimitation des circonscriptions électorales fédérales pour la province de Québec vient de déposer et de rendre public le rapport rédigé à la suite des consultations menées à travers la province sur la proposition de redécoupage. À l'évidence, les commissaires ont pris bonne note de ce qu'ils avaient entendu dans les régions où ils se sont arrêtés.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les plaidoyers livrés par des intervenants régionaux lors des audiences tenues à Shawinigan, en septembre dernier, ont été entendus.

D'abord, pas question de venir étirer jusqu'au secteur Cap-de-la-Madeleine une étrange circonscription qui engloberait aussi la MRC de Portneuf et une partie de la MRC des Chenaux. Exit cette circonscription qu'on avait hypothétiquement baptisée «Anne-Hébert». Pas question non plus de morceler le territoire de la MRC de Mékinac dans deux circonscriptions. Pas question également de retenir le nom de «Shawinigane» avec un e final. On lui préfère finalement «Saint-Maurice», ce qui correspond aux revendications qu'avaient faites les intervenants de La Tuque.

Essentiellement, dans les changements proposés, Berthier-Maskinongé perd le secteur de Trois-Rivières-Ouest, qui se greffe à la circonscription de Trois-Rivières, mais conserve Pointe-du-Lac. L'idée n'indisposait pas la députée Ruth Ellen Brosseau, qui était intervenue aux audiences. La circonscription de Berthier-Maskinongé se retrouverait avec trois nouvelles municipalités, à l'ouest de Saint-Gabriel-de-Brandon, mais n'incluerait finalement pas Saint-Sulpice, comme le proposait initialement la commission.

La nouvelle proposition de réunir dans un même comté les secteurs de Trois-Rivières, Trois-Rivières-Ouest et Cap-de-la-Madeleine - les trois anciennes «villes soeurs» - réjouit surtout Robert Aubin, député de Trois-Rivières, qui souhaitait donner une homogénéité toute urbaine à la circonscription de Trois-Rivières.

Les secteurs de Saint-Louis-de-France et de Sainte-Marthe-du-Cap se retrouvent dans la circonscription de Saint-Maurice, avec la totalité des MRC des Chenaux et de Mékinac, la ville de Shawinigan et la ville de La Tuque. Curieusement, la circonscription perdrait la mention de «Champlain» mais d'aucuns pourraient dire que c'est un moindre mal par rapport à la proposition de «Shawinigane» pour désigner ce territoire ou, pire encore, par rapport à la possibilité de se retrouver dans une circonscription qui incluerait Portneuf et qui s'étendrait jusqu'aux portes de la capitale.

Enfin, sur la rive sud, pas de changement notable. La circonscription de Bas-Richelieu-Nicolet-Bécancour conserve son nom et son territoire est calqué sur l'amalgame parfait des MRC de Bécancour, de Nicolet-Yamaska et de Pierre-De Saurel. Il n'est plus question de baptiser cette circonscription du nom de «Paul-Comtois».

Maintenant que le rapport est déposé, il reste une étape au cours de laquelle les députés peuvent apporter des commentaires, qui seront soumis à une commission parlementaire. L'adoption finale du décret de représentation est prévue pour septembre prochain.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer