Budget Flaherty: rien pour les familles canadiennes

Robert Aubin... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Robert Aubin

Photo: Stéphane Lessard

Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Ce que le député fédéral de Trois-Rivières, Robert Aubin, a surtout retenu de la présentation du budget par le ministre Jim Flaherty hier aux Communes, c'est l'intervention organisée d'un groupe de manifestants dans les galeries réservées au public.

Une quinzaine de manifestants ont interrompu le ministre dans son discours pour lui demander, en anglais, «Où sommes-nous dans votre budget?». Une intervention qui résume, selon lui, ce qui ressort de ce budget: les familles canadiennes ne retrouvent pas de mesures pour elles.

«Au fond, il n'y a rien pour les familles canadiennes. Il n'y a rien qui concerne la création d'emplois, il y a neuf fois plus de compressions que d'investissements en création d'emplois», note Robert Aubin, qui a été désigné par le NPD pour commenter le budget auprès des médias de la Mauricie.

Selon lui, le budget présenté hier est malheureusement dicté par l'idéologie conservatrice, notamment en ce qui a trait aux mesures touchant la déréglementation dans l'industrie agroalimentaire - une aberration selon Robert Aubin - ou à celles réformant la sécurité de la vieillesse.

«On a un premier ministre qui avait promis devant Jack Layton qu'on n'allait pas toucher à la question de la sécurité de la vieillesse. Et voilà qu'on confirme l'accès aux prestations à partir de 67 ans en 2023. L'effet pervers de ça, c'est le pelletage que ça entraîne dans la cour des provinces, à différents niveaux», déplore le député.

Bon joueur, il salue toutefois la décision de rendre automatique l'inscription aux prestations de la sécurité de la vieillesse et au supplément de revenu garanti. On se rappellera que l'ancien député bloquiste de Champlain puis deSaint-Maurice-Champlain avait défendu avec vigueur ce dossier pour les aînés. «C'est quelque chose qui aurait dû être fait depuis longtemps», estime Robert Aubin.

Le député trifluvien n'a pas manqué de souligner qu'on n'a pas fini de découvrir les effets dramatiques que pourraient avoir les compressions budgétaires annoncées ou les réductions d'effectifs envisagées dans la fonction publique. «On parle, par exemple, de coupes de 370 millions $ à l'Agence canadienne de développement international (ACDI). C'est certain que ça va avoir des conséquences sur des organismes comme le Comité de solidarité de Trois-Rivières, qui a des projets importants à l'international», illustre-t-il.

Enfin, il déplore que le budget Flaherty n'abordait pas du tout la question du transport collectif ou celle, encore plus importante pour Trois-Rivières, du train à haute vitesse.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer