Une bonne nouvelle et une moins bonne

En deux ans, ça fait plus de 43... (Défis du Parc)

Agrandir

En deux ans, ça fait plus de 43 millions $ qui sont annoncés pour remettre en état les infrastructures de ce joyau touristique qui fait la fierté de la région.

Défis du Parc

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

On ne peut qu'applaudir à l'annonce, par le gouvernement fédéral, d'un investissement de 28,2 millions $ pour le parc national de la Mauricie.

En deux ans, ça fait plus de 43 millions $ qui sont annoncés pour remettre en état les infrastructures de ce joyau touristique qui fait la fierté de la région. Mais ceux qui espéraient un coup de pouce significatif pour le lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice, également sous la responsabilité de Parcs Canada, devront prendre leur mal en patience.

Il y a bien eu une annonce pour les Forges, mercredi, en même temps qu'on annonçait le deuxième investissement majeur pour le parc national. Un peu plus de 800 000 $ seront principalement consacrés au remplacement des systèmes de ventilation, de chauffage et de climatisation dans les deux bâtiments qui accueillent des visiteurs, soit la Grande maison et le haut fourneau. 

Évidemment, c'est mieux que rien du tout. Mais on s'affaire à sauver les infrastructures qu'on avait pratiquement laissées à l'abandon jusqu'à il y a deux ans, moment où on a finalement procédé à la réfection de la toiture et au remplacement des fenêtres de la Grande maison. Il y a encore des besoins pour l'entretien du site et des immeubles, mais au moins il y a des gestes significatifs qui sont posés.

À quelques jours de la Journée des lieux historiques et du 100e anniversaire des lieux historiques nationaux, les 800 000 $ consentis aux Forges apparaissent toutefois comme des miettes quand on observe que le lieu historique national du Canal-de-Lachine a reçu 9,3 millions $ pour son système d'éclairage, que celui de Province House, à l'Île-du-Prince-Édouard, a reçu 6 millions $ ou que les trois lieux historiques de Kingston ont reçu un total de 8,4 millions $ pour leurs infrastructures.

Le problème, c'est qu'on n'ajoute pas d'argent pour le fonctionnement et pour l'animation du site. Et comme les budgets des lieux historiques patrimoniaux reposent essentiellement sur leur capacité à attirer des visiteurs davantage que sur leur importance patrimoniale, ça fait mal. On aimerait bien que le lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice attire plus de visiteurs, mais on ne lui donne pas les moyens de le faire. C'est un peu le principe de la saucisse Hygrade mais à l'envers...

En 2013, après qu'on eut amputé les activités d'animation et les visites guidées, le nombre de visiteurs a chuté de 4000 pour la saison. L'année précédente, environ 10 000 visiteurs s'étaient rendus aux Forges. On a eu beau développer une application mobile qui permet d'avoir de l'information ou offrir sporadiquement des visites de vulgarisation historique, pour lesquelles il faut débourser un surplus de 12 $ par adulte, ce n'est pas comme ça qu'on rend un site vivant, attrayant et surtout, constant dans son offre. 

La mode est au tourisme d'expérience. Alors on a beau avoir de jolis panneaux d'interprétation avec un lien vers l'application mobile informative, ça ne remplacera jamais le contact avec des guides-animateurs, souvent costumés, toujours passionnés par ce qu'ils font et par l'histoire du lieu qui les met en scène. 

Et ce n'est surtout pas en réduisant la période d'ouverture du site à deux mois et demi par année qu'on pourra augmenter le nombre de visiteurs. Heureusement, on ouvre encore exceptionnellement le site en dehors de la courte saison, notamment pour répondre aux besoins des groupes scolaires ou des croisiéristes en escale à Trois-Rivières.

En désignant les Forges comme lieu historique national, en 1919, le gouvernement fédéral posait un geste de pérennité, qui en principe devait lier les gouvernements canadiens pour les années à venir. Il est urgent de penser au centenaire de cette désignation et de rendre les lieux vivants et accueillants.

Exactement comme on est en train de le faire pour le parc national, ce qui donne de plus en plus l'impression que le fait d'être situé dans une circonscription détenue par les libéraux constitue un avantage indéniable quand on est dans le giron de Parcs Canada.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer