Pour éveiller les consciences

Il y a deux évidences à la suite... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Il y a deux évidences à la suite de l'incendie qui a ravagé une maison de chambres du Centre Le Havre de Trois-Rivières: ce service qui vient en aide aux personnes en situation d'itinérance est essentiel dans une collectivité et il est impératif d'envisager une reconstruction le plus rapidement possible.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphan Frappier
Stéphan Frappier
Le Nouvelliste

Il y a deux évidences à la suite de l'incendie qui a ravagé une maison de chambres du Centre Le Havre de Trois-Rivières: ce service qui vient en aide aux personnes en situation d'itinérance est essentiel dans une collectivité et il est impératif d'envisager une reconstruction le plus rapidement possible.

Il est maintenant souhaitable que ce triste événement «allume» les consciences à l'importance d'aider ces dirigeants qui tiennent cette ressource à bout de bras, et pas seulement lorsque le malheur les propulse bien malgré eux sur la place publique.

Au lendemain de ce violent brasier qui a détruit environ la moitié des chambres offertes par Le Havre, toute la communauté trifluvienne semble prête à faire sa part pour permettre à l'organisme de se relever de cette pénible épreuve et, plus urgent encore, pour relocaliser la vingtaine de personnes qui se retrouvent sans logis à la suite de cet incendie.

D'ailleurs, il y a quelque chose d'ironique de voir ces sans-abri à la recherche de répit, d'écoute et de réorganisation être aussi cruellement retournés à la rue. Ces gens-là ont plus que jamais besoin de l'appui de leurs concitoyens et c'est rassurant de constater que la population trifluvienne se mobilise pour leur donner un coup de pouce.

Sur le terrain, les dons sont recueillis pour combler les pertes matérielles des sinistrés. Les autorités politiques regardent également ce qu'il est possible de faire pour reconstruire l'édifice de la rue Laviolette qui est primordial pour assurer la transition des usagers vers la société. Bref, tout le monde s'affaire à trouver des solutions pour éviter que cette clientèle soit poussée vers la rue et que cela ne provoque une problématique plus grave de sécurité publique.

Or, cet élan de générosité envers Le Havre n'a pas toujours été aussi naturel de la part des Trifluviens. En octobre dernier, la fondation de l'organisme avait organisé sa première guignolée pour amasser l'argent nécessaire pour faire fonctionner le centre. Objectif: 61 000 $ pour permettre aux dirigeants de boucler les années 2017 et 2018.

L'événement devait durer deux jours mais les organisateurs ont dû tout arrêter après une journée... faute de volontaires. Les 6000 $ alors récoltés se sont évidemment avérés insuffisants. Avant ça, la dernière campagne de financement avait permis d'amasser 53 000 $ sur un objectif de... 80 000 $. 

De toute évidence, l'itinérance n'est pas un sujet prioritaire au sein de la population dans la vie de tous les jours. Et il ne faut pas compter sur les gens qui sont obligés d'avoir recours à ce service pour aller se plaindre du manque de financement; trop souvent, ces personnes ont honte et préfèrent se cacher. Pourtant, personne n'est à l'abri de l'itinérance. La preuve: Le Havre est toujours plein!

En 2015, pas moins de 1100 demandes ont été traitées et il ne faut pas croire que ce sont des individus qui méritent leur sort qui s'y retrouvent. Loin de là. Une perte d'emploi, une séparation, la maladie mentale et, ironiquement, un incendie peuvent entraîner la déstabilisation et le besoin de relocalisation provisoire. Le Havre est là, et doit rester là, pour aider ces gens à reprendre leur élan. D'ailleurs, 84 % des personnes qui bénéficient du service finissent par trouver une solution durable.

L'aide qui s'organise actuellement est donc salutaire mais elle doit s'étaler sur toute l'année pour permettre au Havre de continuer sa mission. L'itinérance est un problème qui ne prend pas de pause et il faut espérer que ce triste incendie amènera les gens à en prendre conscience.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer