Le comité qu'il fallait reconstituer

L'avenue des Draveurs... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'avenue des Draveurs

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

Ainsi donc, le maire Yves Lévesque minimise la reconstitution du comité de toponymie à Trois-Rivières parce que, dit-il, ce comité était «en dormance».

Au lieu de reconnaître que la Ville a récemment fait les choses tout croche dans le dossier de l'hommage qu'elle souhaitait rendre au fondateur de Cogeco, Henri Audet, le maire tente de faire croire que le comité allait, un jour ou l'autre, reprendre du service.

Ce n'est pourtant pas ce que laissait présager la nouvelle façon de faire de la Ville en matière de toponymie. Avant 2014, un comité formé d'élus, mais aussi de citoyens, parmi lesquels on retrouvait souvent un ou deux passionnés d'histoire, s'occupait des propositions toponymiques.

Mais depuis trois ans, les suggestions étaient acheminées à un fonctionnaire du service de l'Aménagement et du développement urbain, après quoi on les refilait à une historienne qui travaille pour la Corporation de développement culturel et qui peut remplir des mandats de recherche pour la Ville.

Une fois les recherches effectuées, s'il y a lieu, le dossier était retourné au service de l'Aménagement, qui formulait une recommandation au cabinet du maire.

En fait, depuis trois ans, la toponymie relevait du cabinet du maire. Et il arrivait que l'on confie aux promoteurs de secteurs en développement le mandat de trouver des noms de rues, ou encore qu'on acceptait leurs suggestions. C'est ce qui explique, notamment, le fiasco du District 55 avec sa rue des Vitrines, sa rue des Bannières ou sa rue de l'Ambition.

En remettant sur pied un comité de toponymie crédible et fonctionnel, la Ville pose le geste qu'il fallait poser. C'est le deuxième geste sensé depuis le dérapage de l'avenue des Draveurs.

Le premier était de faire marche arrière dans le dossier du changement de nom, le second était de reconstituer le comité de toponymie. Il faut saluer le courage politique, le travail et le gros bon sens du conseiller Pierre-Luc Fortin pour que cette initiative soit ramenée au conseil.

Yves Lévesque affirme, le plus sérieusement du monde, que seuls les journalistes faisaient un lien entre l'épisode de l'avenue des Draveurs et la reconstitution du comité de toponymie. S'il avait eu un soupçon de jugement et d'humilité, il aurait reconnu que la Ville avait fait une erreur, qu'elle a lu et entendu les commentaires de la population et qu'elle profite de la situation pour ajuster le tir.

Ç'aurait été la façon la plus humaine - et probablement la plus respectée par la population - de justifier la remise en marche du comité de toponymie.

Mais on dirait que ce n'est pas dans les moeurs du premier magistrat de reconnaître soit ses erreurs, soit la contribution de quelqu'un d'autre à l'avancement d'un dossier, soit l'impact de la pression populaire.

Rappelons-nous l'abandon récent de la fluoration de l'eau potable: jamais le maire n'a voulu reconnaître que la pression populaire pouvait en partie expliquer la volte-face de la Ville. Ç'aurait été une belle occasion de démontrer un peu d'ouverture.

La bonne nouvelle, dans la saga du cafouillage entourant le changement de nom de l'avenue des Draveurs, c'est qu'on semble chercher une façon plus efficace de rendre hommage à Henri Audet, qui le mérite amplement. Il mérite surtout un hommage à l'abri de toute controverse.

À lui seul, ce mandat explique très bien pourquoi il était nécessaire de reconstituer le comité de toponymie.

Ou de le «réactiver», pour employer la terminologie du maire Lévesque.




À lire aussi

  • <em>Toponymie sur demande</em>

    Éditorial

    Toponymie sur demande

    On savait que la toponymie à Trois-Rivières, c'est devenu complètement n'importe quoi. Mais on ne savait pas encore que la Ville était prête à... »

  • Avenue des Draveurs: la Ville recule

    Actualités

    Avenue des Draveurs: la Ville recule

    La volonté de la Ville de Trois-Rivières de changer le nom de l'avenue des Draveurs pour la rue Henri-Audet n'aura vécu que quelques jours. Devant la... »

  • Le comité de toponymie revivra

    Trois-Rivières

    Le comité de toponymie revivra

    Trois-Rivières aura de nouveau un comité de toponymie. Le conseil municipal de Trois-Rivières a voté en faveur, lundi soir, d'une résolution... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer