Le défi du revenu disponible

Le budget familial pour les sorties au restaurant,... (BLOOMBERG)

Agrandir

Le budget familial pour les sorties au restaurant, au théâtre, à un événement sportif, est directement proportionnel au revenu disponible. Plus c'est bas, plus le comportement des consommateurs est prudent.

BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

La Mauricie et le Centre-du-Québec se retrouvent dans le peloton de queue des régions du Québec en ce qui a trait au revenu disponible par habitant.

Le Québec lui-même est bon dernier parmi les provinces canadiennes à ce sujet. En clair, le revenu disponible par habitant dans la région est loin, loin, loin derrière les moyennes nationale et provinciale.

Cela devrait actionner un voyant lumineux sur le tableau de bord de certaines institutions, entreprises et commerces. Le pouvoir d'achat, en Mauricie et au Centre-du-Québec, n'est pas aussi grand qu'on voudrait bien le croire.

Les plus récents chiffres fournis par l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) n'ont rien de réjouissant, même si on semble dire que d'après des données préliminaires, le portrait s'annonce plus encourageant pour 2016. Il est vrai qu'au cours des trois dernières années, la région a connu un fort taux de croissance du nombre d'emplois, ce qui pourrait bien finir par influer sur le revenu disponible.

Mais en attendant, la Mauricie affiche un revenu disponible moyen par habitant de 24 477 $. Le Centre-du-Québec fait un peu mieux, avec 24 888 $. C'est plus de 2000 $ de moins que la moyenne québécoise, qui s'établit à 26 857 $. En comparaison, le revenu disponible en Ontario est de 30 980 $. En Alberta, il est de 40 704 $. La moyenne canadienne, elle, s'établit à 31 314 $.

Il fut un temps où le revenu disponible était en constante augmentation au Québec. Et l'augmentation était plus rapide que dans les autres provinces. Mais le vieillissement de la population, surtout au cours des dix dernières années, est venu plomber cette croissance.

Ajoutons à cela les performances économiques de provinces pétrolières, qui viennent doper la moyenne canadienne. Bien sûr, le coût de la vie n'est pas le même et on doit en tenir compte quand on compare les revenus disponibles d'une province à l'autre.

Bref, les planètes ne sont pas alignées pour bien faire paraître le Québec dans ces statistiques. 

Et la région, elle? Pourquoi traîne-t-elle là aussi dans le bas du palmarès? 

Même si on observe depuis peu une hausse significative du nombre d'emplois, on constate que la Mauricie est toujours dans le peloton de queue des régions du Québec en ce qui a trait au taux d'activité et au taux d'emploi.

Idem pour les salaires, qui sont parmi les moins élevés au Québec. Même déveine pour les statistiques démographiques: la population de nos deux régions est plus âgée que presque partout ailleurs dans la province.

Pas étonnant, donc, que Trois-Rivières soit la région métropolitaine de recensement qui, au Québec, affiche le plus bas revenu disponible, derrière Montréal et Québec, mais aussi Sherbrooke, Gatineau, Saguenay.

Pas étonnant non plus que toutes les MRC de la région, de part et d'autre du fleuve, aient un revenu disponible inférieur à la moyenne provinciale. À La Tuque, le revenu disponible par habitant (22 236 $) est même à l'avant-dernier rang des MRC de la province, tout juste devant la Haute-Gaspésie. 

Ce n'est pas d'hier que le revenu disponible est bas dans la région. La question qu'on peut se poser est de savoir où se situe la limite de la capacité de payer des citoyens. Les gouvernements, particulièrement municipaux, peuvent-ils toujours augmenter la charge fiscale des contribuables? 

Autre facteur dont doivent tenir compte les commerçants et les dirigeants d'entreprises: le budget familial pour les sorties au restaurant, au théâtre, à un événement sportif, est directement proportionnel au revenu disponible. Plus c'est bas, plus le comportement des consommateurs est prudent.

Les statistiques sur le revenu disponible viennent surtout nous rappeler la nécessité de poursuivre le travail de développement économique de la région. C'est encore la seule façon connue de changer le cours des statistiques.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer