La saison des coups bas

Daniel Cournoyer et François Bélisle...

Agrandir

Daniel Cournoyer et François Bélisle

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

Décidément, l'année électorale s'annonce mouvementée à Trois-Rivières. On savait déjà qu'une lutte à la mairie pouvait donner lieu à des attaques en règle de part et d'autre, mais voilà qu'on découvre que des conseillers n'hésitent pas à y aller de coups en bas de la ceinture pour ébranler ou faire tomber un collègue à la table du conseil.

On ne sait pas exactement quelles sont les motivations qui ont poussé le conseiller du district de Sainte-Marthe, Daniel Cournoyer, à demander une enquête au syndic du Barreau du Québec sur son confrère de Pointe-du-Lac, François Bélisle, qui est avocat de profession. Le conseiller Cournoyer n'a pas voulu commenter ce geste qu'il a posé.

Dans la demande en question, il est mentionné que le conseiller Bélisle n'aurait pas respecté le principe de la présomption d'innocence en raison de propos tenus dans les jours qui ont suivi l'arrestation de Jonathan Bettez pour un dossier de pornographie juvénile.

Le conseiller pointe-du-laquois avait manifesté un certain malaise dans les médias et sur les réseaux sociaux quant au maintien, par la Ville, de relations d'affaires avec l'entreprise pour laquelle travaillait Jonathan Bettez. 

Le conseiller marthelinois croit qu'il s'agit là d'une atteinte à la présomption d'innocence, à laquelle l'accusé a droit. «Ses agissements et ses propos m'indisposent et minent la confiance que sa profession devrait m'inspirer», peut-on lire dans le document. Un autre dossier est soulevé par Daniel Cournoyer, en lien avec un détail de procédure lié à la modification d'une limite de vitesse.

Mais quelle mouche a donc piqué Daniel Cournoyer?

Les deux hommes sont autour de la même table du conseil municipal mais représentent les districts les plus éloignés l'un de l'autre sur le territoire trifluvien. En clair: ce ne sont pas des adversaires directs lors de la prochaine élection.

François Bélisle perçoit cette attaque comme de l'intimidation. Ce serait flagrant si les deux hommes étaient adversaires pour l'obtention d'un même siège. Mais dans ce cas-ci, c'est plus subtil. Ou bien Daniel Cournoyer est en mission commandée pour écorcher un élu qui dérange, ou bien il a la vertu particulièrement sensible.

Une remise en question de l'intégrité d'un collègue aurait normalement très bien pu faire l'objet d'une discussion en séance de travail. Ou alors on aurait pu soulever l'inconfort auprès du maire ou de son chef de cabinet. Ou alors entre quatre yeux, tout simplement.

Mais dans ce cas-ci, on a préféré utiliser les voies officielles. Une demande d'enquête du Barreau - même si, ici, les motifs semblent plutôt minces -, c'est sérieux. Et c'est vrai que cela peut s'apparenter à une forme d'intimidation, à une tentative de jeter du discrédit sur la candidature de François Bélisle.

Quel était l'objectif d'une telle plainte si ce n'est que de pouvoir l'utiliser en campagne électorale pour déstabiliser la personne qui en fait l'objet?

François Bélisle a bien raison quand il dit qu'il s'agit d'une attaque mesquine, de politique de bas étage et de salissage. Il dit aussi que c'est une attaque non fondée. Ça, il faudra qu'il en fasse la démonstration auprès du syndic du Barreau du Québec. 

On pensait bien que le climat autour de la table du conseil municipal était plus serein et plus respectueux qu'il l'a été au cours des derniers mandats, lorsque le maire et le Groupe des sept étaient toujours à couteaux tirés ou presque.

Visiblement, ce n'est pas le cas. Les mêmes couteaux volent cette fois très bas. Le fait pour un conseiller de s'interroger publiquement sur certains dossiers dérange certains collègues et comme l'élection s'en vient, l'agacement se transforme en une occasion de mettre des bâtons dans les roues.

Tout cela envoie un bien mauvais message: les vieilles façons de faire de la politique sont toujours en vigueur à Trois-Rivières.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer