Un gros défi pour Aubin

Jean-François Aubin lors de l'annonce de sa candidature.... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Jean-François Aubin lors de l'annonce de sa candidature.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphan Frappier
Stéphan Frappier
Le Nouvelliste

Les Trifluviens auront finalement droit à une intéressante course à la mairie l'automne prochain. Au nom de la saine démocratie, il faut saluer la décision de Jean-François Aubin de se lancer dans l'arène.

Des débats constructifs et essentiels pour l'avenir de Trois-Rivières auront assurément lieu durant cette campagne électorale qui promet d'être à la fois mouvementée et peut-être même un peu acrimonieuse.

Cela dit, est-ce que le conseiller du district de Marie-de-l'Incarnation parviendra à vaincre celui qui dirige la cité de Laviolette depuis maintenant plus de 15 ans? S'il est encore un peu tôt pour y aller de prédictions, il faut admettre qu'il est actuellement difficile d'envisager une victoire de M. Aubin. Pire, le scénario qui se dessine pourrait même permettre à Yves Lévesque de sortir de cette élection plus fort qu'il ne l'a jamais été.

Il n'est pas question ici de remettre en question les aptitudes de Jean-François Aubin d'être à la tête de la Ville de Trois-Rivières. Loin de là. De toute façon, le principal concerné aura amplement le loisir de démontrer sa valeur au cours des prochaines semaines. Il faut juste ne pas oublier qu'Yves Lévesque bénéficie d'une équipe redoutable et d'une base solide d'électeurs. Bref, Jean-François Aubin s'attaque à une grosse pointure.

En plus, comme on l'a vu en 2009 alors que l'architecte André Carle avait récolté plus de 45 % des voix, seule une lutte à deux pourrait visiblement pousser Yves Lévesque vers la sortie. Mais voilà, il y a quelques jours, Adis Simidzija annonçait qu'il briguait lui aussi la mairie trifluvienne. C'est son droit le plus légitime, mais ce troisième candidat risque de venir une fois de plus fractionner l'électorat mécontent de l'administration Lévesque.

En 2013, l'homme à battre à Trois-Rivières avait justement profité du nombre élevé de candidats pour gagner... avec moins de 50 % des votes! Aubin a l'intention de rencontrer Simidzija pour voir si un rapprochement et, éventuellement, une alliance est possible. Or, à la lumière des premiers commentaires recueillis, ça risque d'être difficile. Et rien n'empêche d'autres personnes de se manifester au cours des prochaines semaines.

Cette lutte à plusieurs candidats risque de décevoir les fervents opposants à Yves Lévesque qui croyaient sa défaite possible. D'importants dossiers l'ont passablement ébranlé au cours des derniers mois, le forçant même à reculer sur la fluoration de l'eau potable et le financement de l'Amphithéâtre Cogeco. Yves Lévesque en sort-il plus fragilisé?

Chose certaine, s'il a fait marche arrière (ce qui n'est pas son habitude), c'est parce qu'il savait très bien que le prix politique à payer était potentiellement trop élevé (pour lui et certains de ses conseillers) à quelques mois des élections. Peut-être que cette forte insatisfaction, surtout exprimée sur la question de la fluoration, viendra quand même le hanter lors des prochaines élections, mais le risque est pas mal moins grand dans une lutte impliquant plusieurs candidats.

À l'inverse, Yves Lévesque pourrait même sortir plus fort du prochain scrutin. Vous vous souvenez des dernières élections? Le maire de Trois-Rivières avait profité de la candidature à la mairie de Sylvie Tardif pour se débarrasser de sa plus féroce critique au conseil municipal.

Il était même parvenu à bien jouer ses cartes pour démanteler le Groupe des 7 qui lui avait fait la vie dure dans le précédent mandat. Soyez assuré que le vieux routier tentera une fois de plus de tourner la situation à son avantage en approchant d'éventuels conseillers qui lui seront encore plus fidèles... et qui représenteront une opposition encore plus discrète à l'hôtel de ville de Trois-Rivières.

À moins que Sylvie Tardif soit tentée d'effectuer un retour dans le district laissé vacant par Jean-François Aubin... Une hypothèse qui pourrait rendre encore plus intéressante la prochaine campagne électorale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer