Année importante au musée!

L'année 2017 sera capitale pour le Musée québécois de culture populaire de... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphan Frappier
Stéphan Frappier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'année 2017 sera capitale pour le Musée québécois de culture populaire de Trois-Rivières. La récente nomination de Valérie Therrien au poste de directrice générale vient calmer la tempête, mais il reste encore d'importants coups de barre à donner pour sortir l'institution des eaux troubles dans lesquelles elle se trouve depuis quelque temps.

Il y a deux mois à peine, on se demandait même si la survie du musée trifluvien était menacée. Le conseil d'administration venait d'apprendre qu'elle devait couper pas moins de 1,6 million de dollars dans ses budgets d'opérations d'ici 2020. Pire, la direction devait aborder cet important exercice de compressions alors que le directeur général, Yvon Noël, venait de démissionner pour des raisons de santé. Un défi qui est venu littéralement assombrir l'avenir de l'institution.

Cet effort presque surhumain est requis à la suite de l'entrée en vigueur de nouvelles règles de financement du ministère de la Culture et des Communications. Ces nouveaux critères basés sur la performance et le dynamisme des programmations font réagir, mais pas aussi négativement qu'on pourrait le croire. Au contraire, même si la majorité des dirigeants de musées au Québec aimeraient bien recevoir toujours plus d'argent du gouvernement, la nouvelle façon de distribuer les subventions est relativement bienvenue. Elle était même souhaitée depuis longtemps pour mettre fin à une grille d'analyse obscure qui laissait trop de place à l'intervention politique. Aujourd'hui, les paramètres sont limpides, équitables, et les directions de musées peuvent mieux comprendre le processus. Il faut dire aussi que certaines institutions en sortent gagnantes, comme Boréalis qui recevra 210 000 $ de plus pour les trois prochaines années. 

Financé à environ 50 % par l'État, ce qui est beaucoup, le Musée québécois de culture populaire est l'une des institutions les plus pénalisées par cette nouvelle philosophie. Quelque peu isolée, la direction veut rencontrer le ministre pour lui faire valoir sa mission nationale unique et la grande superficie qu'elle doit gérer. On lui souhaite bonne chance mais, d'abord et avant tout, l'institution doit se relever les manches. Et vite, car la commande est imposante! Pour la saison 2015-2016, l'établissement a reçu une subvention d'opérations de 1,2 million $ sur un budget de 2,5 millions $. En 2020, cette aide aura fondu à environ 500 000 $!

Bonne nouvelle, l'équipe en place se dit déjà au boulot et elle a démontré par le passé qu'elle est capable de grandes choses. Pour commencer, les administrateurs doivent rebâtir les ponts avec des partenaires de la région pour réduire cette dépendance au financement public. Pour ce faire, la nouvelle directrice devra évidemment faire preuve d'originalité pour augmenter les revenus autonomes de l'institution mais, surtout, elle devra trouver le moyen de relever d'un cran un sentiment d'appartenance qui s'est pas mal étiolé au cours des dernières années. Notamment, un gros travail de marketing et de mise en marché est à faire pour se rapprocher du public et du monde des affaires.

De l'autre côté de la lorgnette, les gens de la région qui n'ont jamais mis les pieds dans ce musée devraient peut-être aussi profiter de l'occasion pour se demander s'ils veulent faire partie de la solution. La survie de nos musées, au-delà d'un financement décent, passe inévitablement par une plus grande participation du public régional.

Évidemment, personne ne souhaite la disparition d'une institution comme le Musée québécois de culture populaire mais il faut admettre que l'établissement se retrouve aujourd'hui à la croisée des chemins. Son sort est maintenant entre les mains de son conseil d'administration, de sa nouvelle directrice générale... et des visiteurs!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer