Le contenu de la sacoche

Monique Jérôme-Forget... (Archives La Presse)

Agrandir

Monique Jérôme-Forget

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Monique Jérôme-Forget, ancienne ministre des Finances et ancienne présidente du Conseil du Trésor, se faisait une fierté d'être «proche de sa sacoche» et de parfois y cacher quelques réserves qui tombaient à point. Mais les récentes révélations sur un possible scandale immobilier impliquant des dirigeants de la Société immobilière du Québec et des collecteurs de fonds du Parti libéral du Québec semblent démontrer que la «dame à la sacoche» n'était pas nécessairement intéressée par tout ce qui se trouvait à l'intérieur de celle-ci.

À titre de présidente du Conseil du Trésor, Monique Jérôme-Forget avait notamment la responsabilité de la Société immobilière du Québec (SIQ), aujourd'hui englobée au sein de la Société québécoise des infrastructures (SQI).

Dans une entrevue accordée à l'émission Enquête, en lien avec ces révélations de fraude impliquant des dirigeants de la SIQ entre 2003 et 2008, celle que l'on surnommait aussi la «dame de fer» a tenu des propos qui n'étaient certainement pas politically correct.

«Sincèrement, ça ne m'intéressait pas. Peut-être que ça aurait dû m'intéresser. Moi, Monique Jérôme-Forget, la SIQ ne m'intéressait pas», avouait-elle. Plus tard, dans la même entrevue, elle a aussi indiqué qu'il y avait «une bande de pas bons» à la SIQ. Des gens sans envergure, nuancera-t-elle maladroitement.

Monique Jérôme-Forget a toujours été reconnue pour sa fermeté et son franc-parler. On se souvient encore du «syndrome de la pépine», auquel elle faisait allusion pour illustrer cette envie irrépressible qu'ont souvent les hommes de voir les projets d'envergure se terminer avant qu'ils n'aient été convenablement évalués. Elle a toujours eu le sens de la formule.

Mais son franc-parler lui a joué des tours dans cette entrevue qu'elle a accordée aux journalistes d'Enquête.

L'ex-ministre a bien sûr le droit de penser que la SIQ est inintéressante, mais comme présidente du Conseil du Trésor, elle en avait la responsabilité. Même si elle a peu d'affinités avec ce qui s'y passait, elle devait garder un oeil sur cet organisme et ne pas s'en remettre uniquement au Vérificateur général en cas d'irrégularités.

La SIQ, c'est un véhicule immobilier majeur. Ça brasse des gros sous. C'est le bras immobilier du gouvernement. Ça gère, loue, construit, entretient des millions de pieds carrés de bureaux, d'entrepôts, de prisons, de postes de la SQ, de palais de justice. Ça donne des contrats de plusieurs millions de dollars.

Alors la moindre des choses, même si on n'aime pas ça, aurait été de s'y intéresser. Ou de donner l'impression qu'elle s'y intéressait.

Madame a bien sûr le droit, aussi, de penser que les membres du conseil d'administration de la SIQ, à l'époque où l'organisme était sous sa responsabilité, n'étaient pas tous des personnes d'envergure. Mais dire à la télévision que ce sont des «pas bons» n'était certainement pas la formule du siècle.

Heureusement, l'ex-ministre est revenue sur ses propos et s'est dite bouleversée d'apprendre l'envergure de la fraude alléguée à la SIQ. Elle avait elle-même congédié l'ex-PDG de la SIQ Marc-André Fortier après avoir été informée d'abus dans ses allocations de dépenses. Mais elle ignorait tout de ce scandale encore plus grand qui se tramait alors et qui impliquait des collecteurs de fonds du PLQ. 

Radio-Canada révélait jeudi que Marc-André Fortier, ex-PDG de la SIQ, et les collecteurs de fonds libéraux William Bartlett, Franco Fava et Charles Rondeau se seraient partagé près de 2 millions de dollars dans le cadre de prolongation de baux de location d'immeubles. Une partie de cette somme aurait pris le chemin de quatre comptes aux Bahamas.

Décidément, il y avait des trous dans la sacoche du gouvernement libéral de l'époque.

Et c'est maintenant à se demander qui sont les vrais «pas bons» dans cette histoire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer