Pyrrhotite: drame transfrontalier

On a souvent tendance à l'oublier, mais la... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

On a souvent tendance à l'oublier, mais la crise de la pyrrhotite est bien plus que la reconstruction de fondations ou la multiplication des recours. C'est avant tout un drame humain.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Si un jour on avait demandé aux victimes de la pyrrhotite de voir quelque chose de positif dans le drame qu'elles vivent, il y a de fortes chances qu'on aurait eu droit au silence total.

Mais depuis quelques jours, on entend beaucoup parler de cette collaboration qui est née entre la Coalition d'aide aux victimes de la pyrrhotite (CAVP) et un organisme semblable au Connecticut. Et le partage d'expérience, auquel s'associe inévitablement une naturelle solidarité entre les deux groupes, peut maintenant être placé dans la clairsemée colonne des éléments positifs.

Il faut bien avoir de l'expertise en quelque chose. Et malgré le caractère tragique du drame que vivent les victimes de la pyrrhotite, le fait de collaborer avec l'organisation jumelle du Connecticut pourrait bien avoir un impact positif insoupçonné.

C'est qu'en constatant qu'un problème semblable existe dans le nord-est du Connecticut, et probablement aussi au Massachusetts, les représentants de la CAVP ont maintenant l'argument pour faire taire tous ceux qui justifient leur lavage de mains en disant qu'il s'agit d'un problème purement local.

Cela viendra surtout justifier l'élaboration d'une norme nationale ou internationale pour la qualité du béton et du granulat. Ce serait un bon outil de prévention pour les constructions à venir.

L'intérêt démontré par les représentants de la CAVP envers la situation au Connecticut démontre aussi la volonté de se maintenir bien au fait de la problématique et des différents développements, ici comme ailleurs.

Cela confirme surtout son statut d'interlocuteur sérieux et incontournable, ce qui peut être encore très utile dans cette rencontre qui doit avoir lieu mercredi avec des représentants de la Société d'habitation du Québec, de la Régie du bâtiment du Québec et du ministère des Affaires municipales, afin de discuter des enjeux comme les normes, le programme d'aide ou les coûts des travaux de réparation.

La rencontre avec les représentants de la CAVP aura permis aux victimes du Connecticut de constater qu'elles ne sont pas seules à vivre un drame en raison de la qualité du béton utilisé dans les fondations de leurs maisons. Juste pour ça, un tel échange valait le coup. 

On a souvent tendance à l'oublier, mais la crise de la pyrrhotite est bien plus que la reconstruction de fondations ou la multiplication des recours.

C'est avant tout un drame humain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer