Le triomphe du gros bon sens

Sophie Poujade, directrice générale de l'Association régionale de...

Agrandir

Sophie Poujade, directrice générale de l'Association régionale de soccer de la Mauricie.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La petite politique a failli avoir raison d'un événement inspirant, un événement convivial, familial, plein de bonnes intentions. Un événement qui a pour mission première d'amasser des fonds pour venir en aide au petit Charles-Alex Morin qui est atteint d'une maladie rare et qui a besoin de beaucoup de soins. Le Tournoi des Anges, un événement qui existe depuis quelques années, aura finalement lieu aujourd'hui à Mont-Carmel. Au grand soulagement de tout le monde.

Une querelle entre l'organisation du tournoi et l'Association régionale de soccer de la Mauricie (ARSM) a bien failli avoir raison de la tenue de l'activité. En gros, ça tient au fait que l'ARSM a voulu se mettre le nez dans l'organisation de ce tournoi, un peu trop aux yeux des organisateurs.

Plus tôt cette semaine, la directrice générale de l'ARSM faisait état des différents critères que l'organisation devait respecter. Mais du côté du Tournoi des anges, on rappelait sans cesse qu'il s'agissait d'un tournoi amical et qu'il n'était pas un tournoi dit «fédéré», donc à l'abri des règles les plus strictes de l'association régionale. 

On comprend que l'ARSM soit pointilleuse quand il s'agit de superviser l'organisation de tournois plus compétitifs, notamment en ce qui a trait à la coordination des dates ou aux restrictions concernant le mélange de genres ou de catégories d'âge différentes. Mais quand il s'agit d'un «tournoi» qui n'a de tournoi que le nom, où le plaisir est l'élément dominant, on comprend aussi la frustration des organisateurs et des participants.

Ce qui faisait la marque de commerce de ce tournoi, c'était justement son caractère amical, familial. C'était la possibilité qu'un papa puisse jouer dans la même équipe que son fils ou sa fille, à condition que tout ce beau monde soit âgé de 16 ans et plus. Ou que les joueurs puissent ne pas être des pros ou des joueurs fédérés. Mais pendant ce temps, l'ARSM rappelait que les joueurs fédérés ne pouvaient pas prendre part à des tournois non fédérés.

Sous le prétexte de vouloir protéger ses membres, l'ARSM avait peut-être beurré un peu trop épais. 

Il y a quelques semaines, le principal organisateur devait se retirer pour ne pas nuire à son organisation locale de soccer, membre de l'ARSM. Les parties étaient à couteaux tirés. Il y a quelques jours, l'événement se débarrassait de l'étiquette «soccer» pour devenir une sorte de journée multisports. Sans soccer. De nombreux désistements se sont produits. Une pétition circulait sur les réseaux sociaux et dans les milieux concernés.

Puis, comme par miracle, les parties ont finalement trouvé un terrain d'entente plus tôt cette semaine, permettant d'en revenir à la formule «tournoi de soccer», comme par les années passées, mais en association avec la Municipalité de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, dont les représentants ont agi en médiateurs dans ce litige. 

On peut certainement se réjouir que le gros bon sens ait retrouvé sa place et que la montée de fièvre protectionniste de l'ARSM soit maintenant passée. La bête intransigeance n'avait pas sa place dans un contexte comme celui-là.

Parce qu'au bout du compte, il y aura plusieurs grands gagnants lors de cette journée: les participants, qui auront une bonne dose de plaisir et le sentiment de contribuer à une noble cause, mais aussi et surtout Charles-Alex et sa famille, qui bénéficieront de la générosité de tout ce beau monde.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer