Le droit d'être malade

Hillary Clinton... (PHOTO AP)

Agrandir

Hillary Clinton

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

Les médias ont fait grand bruit des soubresauts de santé de la candidate démocrate Hillary Clinton au cours des derniers jours.

Les images où on la voit, défaillante, avant de monter à bord d'un véhicule des services secrets, soulèvent des inquiétudes justifiées. Mais il faudrait quand même demeurer prudent et éviter de conclure que l'ex-première dame est à l'article de la mort.

Ce n'est pas d'hier que les questions concernant l'état de santé d'Hillary Clinton soulèvent les passions. Il existe, surtout sur le Web, des théories conspirationnistes qui utilisent des images isolées, hors contexte, pour déclarer la candidate inapte physiquement. On lui attribue tour à tour le Parkinson, des troubles neurologiques, des crises d'épilepsie, des accidents vasculaires cérébraux, la démence...

Il y avait de quoi rigoler de ces théories. Mais depuis dimanche, la garde rapprochée de Mme Clinton ne peut plus se permettre de les tourner en dérision. Ou plutôt de tourner en dérision les personnes qui se questionnent sur l'état de santé de la candidate.

Le personnel de campagne de Mme Clinton a d'abord évoqué un coup de chaleur pour justifier son départ précipité de la cérémonie de commémoration des victimes du 11-septembre. Puis on a révélé que madame souffrait d'une pneumonie et qu'elle était sous antibiotiques. Une pneumonie, c'est sérieux. Et ça doit être traité adéquatement.

Ça veut dire qu'il faudra du repos. Et le repos, c'est un luxe en pleine campagne électorale. À huit semaines du vote et à deux semaines du premier débat entre les candidats à la présidence.

Peut-on lui reprocher de prendre du repos? Bien sûr que non.

Le problème, c'est que cet épisode alimentera encore davantage les spéculations sur son état de santé. Si Donald Trump a été bon joueur lundi en ne frappant pas sur ce clou et en souhaitant prompt rétablissement à sa rivale, il ne faudra pas se surprendre que lui et ses alliés reprennent ce sujet au cours des prochaines semaines.

Il est là le problème. On cherche à stigmatiser Hillary Clinton et à faire d'elle une pauvre malade qui n'a pas les capacités physiques pour diriger le pays. Peut-on raisonnablement tirer cette conclusion hâtive? Non plus.

On peut d'ailleurs se demander, si Donald Trump et ses partisans récupèrent cette affaire pour insister sur le risque de confier la Maison-Blanche à quelqu'un qui a de prétendus ennuis de santé physique, pourquoi on ne pourrait pas, à l'inverse, insister sur le risque de confier la Maison-Blanche à quelqu'un qui a des ennuis de santé mentale. 

Assurément, l'épisode de la pneumonie de Mme Clinton aura des conséquences sur sa campagne. Au-delà du droit légitime d'être malade et de se soigner, que certains tenteront d'écorcher allègrement, il faut considérer les impacts sur une autre perception tenace que la population a envers l'ex-secrétaire d'État: celle d'être une personne en qui on ne peut avoir confiance.

C'est un sentiment qui est récurrent dans les sondages d'opinion. Et s'il faut qu'on ajoute aux raisons potentielles de ce grief celui d'avoir caché des éléments sur le véritable état de santé, ça pourrait alimenter la méfiance et, au bout du compte, lui coûter des votes.

C'est la question du manque de transparence qui fera le plus souffrir la candidate démocrate. Pas un coup de chaleur ou même une pneumonie.

L'occasion devrait être belle pour l'électorat américain de s'intéresser un peu plus aux idées, à la personnalité et à l'expérience des colistiers. Parce qu'en cas d'empêchement d'un président ou d'une présidente, le vice-président est au sommet de la ligne de succession présidentielle.

Mais assurément, l'état de santé présumé d'un candidat ou d'une candidate ne devrait pas être un facteur devant faire basculer d'un parti à un autre le vote d'un électeur sensé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer