Le fruit était mûr

Le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation... (François Gervais)

Agrandir

Le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, Martin Coiteux, en compagnie du maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, ainsi que des députés libéraux de la région, soit Pierre Michel Auger, Julie Boulet (ministre du Tourisme), Marc H. Plante et Jean-Denis Girard.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Voilà, c'est confirmé. Québec verse une aide financière de 26,8 millions $ pour la construction du nouveau colisée à Trois-Rivières. Pour le gouvernement, qui a observé l'interminable saga entourant l'emplacement du futur amphithéâtre sportif et les possibilités de partenariat pour son exploitation, le fruit était, semble-t-il, mûr. On veut bien croire sur parole les élus provinciaux présents mercredi pour l'annonce, parce qu'ici non seulement on croyait que le fruit était mûr mais on se demandait même s'il n'était pas rendu blet.

Il y a eu tellement de tergiversations dans le dossier du nouveau colisée qu'on aurait pu croire qu'il ne verrait jamais le jour.

Mais bon, le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, Martin Coiteux, était présent à l'hôtel de ville trifluvien pour confirmer les 26,8 millions $ du gouvernement du Québec, aux côtés des députés de la Mauricie et de la ministre Julie Boulet. Pour lui, le nouveau colisée vient répondre à un besoin «pour la population locale».

En entrevue éditoriale au Nouvelliste, le ministre Coiteux a indiqué qu'il était bien conscient que le projet ne vise pas à donner, à court terme, un domicile à une équipe sportive. Pas question, donc, de se retrouver dans une situation comparable à ce que vivent les gens de Québec avec l'amphithéâtre Vidéotron. Il estime plutôt qu'il vient bonifier l'offre de Trois-Rivières en matière d'infrastructures de loisirs et de tourisme sportif.

Fait intéressant, Martin Coiteux tenait un discours calqué sur celui du maire Yves Lévesque, qui entonne souvent le refrain de la qualité de vie, essentielle pour les travailleurs qu'on souhaite attirer à Trois-Rivières. «Pour attirer et retenir les gens dans une région comme la vôtre, ça prend une qualité de vie, un milieu de vie intéressant. L'investissement qu'on annonce aujourd'hui s'inscrit dans cette optique-là», a mentionné le ministre. Et non pas, assure-t-il, dans ce qui pourrait être le début d'un saupoudrage de subventions ici et là, une semaine après que son collègue Carlos Leitão eut annoncé un surplus de 1,8 milliard $.

On ne sait pas trop de quel ordre sont les fameux «besoins» locaux en ce qui a trait à l'utilisation régulière des futures glaces, ni quel est le potentiel exact du nouveau colisée pour attirer des tournois ou des événements d'envergure. L'avenir le dira. Chose certaine, le futur aréna vient corriger une situation qui commençait à faire mal paraître Trois-Rivières, seule grande ville du Québec à ne pas avoir un amphithéatre sportif qui a de l'allure. Le Colisée du parc de l'Exposition n'était plus aux normes et avait sérieusement besoin d'un peu d'amour. Mais cet amour aurait coûté cher. Il aurait fallu que la Ville investisse plus de 40 millions $ pour redonner un peu de lustre à son vieux Colisée.

Alors pour 26,8 millions $, elle pourra en avoir un tout neuf, puisque Québec met la même somme. Trois-Rivières fait une bonne affaire, même s'il se trouvera toujours des gens pour critiquer l'emplacement, l'architecture, l'accès, les coûts, l'oeuvre d'art de 560 000 $ qu'on y intégrera...

Le vrai problème, c'est qu'il faudra voir quel sera le coût réel de ce nouvel amphithéâtre sportif. Parce qu'il y a tellement eu de délais et de rebondissements que les estimations - à 53 millions $ et des poussières - commencent sans doute à dater un peu.

Et une fois que Québec aura versé ses 26,8 millions $, il ne sera pas question de lui quémander davantage. Là, c'est pour la Ville que le coup pourrait être plus dur.

Ou pour le contribuable, plus exactement, dont on surestime souvent la capacité de payer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer