Bernie, le gentleman

Bernie Sanders et Hillary Clinton.... (AFP)

Agrandir

Bernie Sanders et Hillary Clinton.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'activité avait des airs de grande réconciliation, mettant en lumière une solidarité soudaine pour mieux affronter l'ennemi. Le ralliement de Bernie Sanders envers Hillary Clinton, dans la course à l'investiture démocrate, était prévisible mais il commençait surtout à être urgent. Mardi, c'est un Bernie Sanders gentleman qui a fait sa profession de foi envers son ancienne rivale.

Ce geste de loyauté n'était plus une surprise. Au cours des dernières semaines, Bernie Sanders ne se cachait pas pour dire qu'il allait tout faire en son pouvoir pour empêcher que le candidat républicain Donald Trump accède à la Maison-Blanche. Cela voulait bien sûr dire qu'il allait voter pour Hillary Clinton. Il l'avait d'ailleurs confirmé. Mais son ralliement et son appel envers ses supporters tardait à venir.

Plusieurs diront que son entêtement à rester dans la course jusqu'à la toute fin aura été néfaste pour l'électorat démocrate. En ne lâchant pas prise et en tenant encore d'impressionnants rassemblements, il aura alimenté l'espoir auprès de toute une nouvelle clientèle - les jeunes, particulièrement - qui allait déchanter une fois que sa rivale aura atteint le nombre de délégués nécessaire.

Et il aura fallu attendre plus d'un mois après la fin de la saison des primaires et des caucus pour que le ralliement survienne enfin.

Ce délai cache évidemment quelque chose. Le «gentleman» Bernie a obtenu des modifications importantes à la plateforme démocrate qui sera présentée et adoptée à Philadelphie à la fin du mois.

Au cours de sa campagne à l'investiture démocrate, le charismatique sénateur du Vermont a toujours exprimé sa vision d'un changement politique et social radical. Il a défendu des idées progressistes comme l'accessibilité des soins de santé, la gratuité de l'enseignement supérieur, l'établissement d'un salaire minimum décent, le rétrécissement de l'écart entre les riches et les pauvres, ou la réforme du système politique et des mécanismes de financement des candidats. L'environnement était aussi au coeur de ses préoccupations.

En marchandant son appui à Hillary Clinton, Bernie Sanders a obtenu une victoire morale significative. Une victoire idéologique. Il a obtenu que la candidate démocrate désignée intègre certaines de ses propositions, particulièrement celle touchant le salaire minimum à 15 $ - c'est plus du double du salaire minimum actuel aux États-Unis - et celle concernant l'accès gratuit aux collèges et aux universités pour les jeunes provenant d'une famille gagnant moins de 125 000 $.

Ce sont des victoires hautement symboliques pour Sanders.

L'homme avait réussi à recueillir plus de 13 millions de voix dans le système des primaires démocrates, remportant 22 États pour un total de près de 1900 délégués. Dire qu'on le qualifiait de candidat marginal au début de la campagne...

L'appui formel à Hillary Clinton est une chose. Mais il faudra voir si une majorité de ses partisans emboîteront le pas. Pour certains d'entre eux, c'est tout naturel. Ils sont démocrates avant d'être pro-Bernie. Mais pour des dizaines de milliers d'autres, le geste est beaucoup moins naturel, soit parce qu'ils sont répugnés par l'establishment ou déçus de ne pas voir leur candidat en lice pour la présidence.

Ils risquent fort de ne pas le voir non plus comme candidat à la vice-présidence. Les spéculations vont bon train pour le choix du colistier de Hillary Clinton, mais elles n'incluent pas Bernie Sanders.

La tâche n'est pas terminée pour ce dernier. D'ici l'élection, il entend s'appliquer à faire tout en son pouvoir pour barrer la route à Donald Trump.

Il doit aussi et surtout trouver le moyen de convaincre ses supporters de faire comme lui. Et éviter de faire en sorte que le phénoménal mouvement de sympathie auquel il a eu droit se transforme en ballon qui dégonfle.

L'enjeu de l'élection de novembre est trop important.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer