Quand le Fonds touche le fond

La ministre Lise Thériault est débarquée à Bécancour,... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

La ministre Lise Thériault est débarquée à Bécancour, jeudi, afin d'annoncer cette étonnante subvention pour le réaménagement du quai de Sainte-Angèle. Le projet inclut la construction d'une tour d'observation de 16 mètres de hauteur, elle seule estimée à 250 000 $.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Vous avez un clocher d'église à redresser ou à repeindre? Le comptoir à patates frites du coin veut se doter d'une nouvelle enseigne illuminée? Vous avez besoin d'acheter des canards en plastique pour faire une course sur la rivière la plus proche? Réjouissez-vous. Dans un avenir plus ou moins rapproché, il se pourrait bien que des subventions pour de tels projets soient disponibles dans le cadre du Fonds de diversification économique de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

On exagère mais pas tant que ça. Ce sont des projets qui ont un certain potentiel touristique. Et Bécancour vient précisément de bénéficier d'une subvention de 187 160 $ provenant du Fonds de diversification pour un projet que l'on dit touristique.

La ministre Lise Thériault est débarquée à Bécancour, jeudi, afin d'annoncer cette étonnante subvention pour le réaménagement du quai de Sainte-Angèle. Le projet inclut la construction d'une tour d'observation de 16 mètres de hauteur, elle seule estimée à 250 000 $.

C'est un projet très louable. Visuellement très joli. Le quai a déjà subi une cure d'embellissement au cours des dernières années et ce projet est certainement une plus-value pour ceux qui vont s'y promener.

Mais est-ce un projet qui assure la diversification économique de la région du Centre-du-Québec dans le sens où on l'entendait lors de la mise sur pied du Fonds qui devait compenser la fermeture de Gentilly-2? Jamais de la vie.

On ne créera pas d'emplois avec ça. On ne fera pas du développement et de la recherche. On ne développera pas de nouveaux procédés. On est à des lieues des objectifs du Fonds de diversification.

Oui, il y a bien un volet touristique inclus dans le Fonds. Mais on indique que les projets dans cette catégorie doivent présenter «un potentiel de croissance». Où voit-on un potentiel de croissance dans une tour d'observation? En ajoutant des étages de temps en temps?

En avril 2013, lorsqu'on a précisé le fonctionnement et les critères du Fonds, l'ancien ministre Yves-François Blanchet avait indiqué que les critères allaient être larges et ouverts, «qui maximisent les chances que rapidement, les entreprises soient capables de mettre en place des projets d'affaires». Sa collègue Élaine Zakaïb se disait pour sa part que le Fonds allait devenir «un levier formidable pour la concrétisation de projets porteurs et innovants, capables de générer, d'ici cinq ans, des retombées évaluées à 1,2 milliard $.

Quelles seront les retombées économiques de la réfection du quai de Sainte-Angèle? Quelques heures pour quelques ouvriers pendant les travaux. Et peut-être quelques clients de plus au restaurant de la Marina ou à la savonnerie Carpe Diem. Ça demeure hautement hypothétique.

Jeudi, la ministre Thériault a assuré que le projet, présenté par une corporation paramunicipale, entrait dans les critères du Fonds. On peut tout de même se poser des questions, puisqu'un autre projet à connotation touristique ou récréative, présenté par la Corporation des événements de Trois-Rivières, avait essuyé un refus. On parlait alors de l'acquisition d'équipements.

Au cours des dernières semaines, on a entendu des appels à un assouplissement des critères pour l'obtention d'aide financière provenant du Fonds de diversification. Que ces demandes aient été entendues, tant mieux. Mais ça ne voulait pas dire de subventionner tout et n'importe quoi. Il ne faudrait pas répéter l'expérience de dilapidation du Fonds LaPrade qui, dans certaines sous-régions, a servi à toutes les sauces mais pas nécessairement les bonnes.

Cette aide financière saugrenue à un projet purement esthétique - qui aurait pu être autrement subventionné - envoie un bien mauvais message. Il reste 128 millions $ dans le Fonds et on ne veut pas que ça dorme alors on saupoudre n'importe comment.

On est pas loin d'assister à un début de dérapage.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer