Du meilleur au pire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphan Frappier
Stéphan Frappier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) On en voit de toutes les couleurs sur Facebook. Le réseau social est littéralement devenu le lieu d'échanges par excellence à travers le monde. Avec ses bons... et ses mauvais côtés!

Certaines personnes apprennent en effet à leurs dépens qu'on ne peut pas faire ce qu'on veut sur Facebook. Prenez ce jeune homme de 21 ans qui devra faire face à la justice après avoir proféré des menaces de mort envers des policiers de la SQ.

Il y a aussi cette femme qui a eu la «brillante» idée de s'attaquer verbalement à une utilisatrice trifluvienne. Cette dernière songe maintenant à entreprendre des procédures judiciaires et elle a bien raison!

On n'a pas le droit, même bien assis derrière un ordinateur, de lancer des injures et des menaces sans risquer d'en payer le prix. C'est vrai à l'école, au travail, au café du coin... et aussi sur Facebook!

Les conséquences potentielles sont trop graves pour faire preuve de laxisme face à ces propos gratuitement lancés sur Facebook. A-t-on déjà oublié les histoires de Marjorie Raymond et Rebecca Sedwick qui auraient mis fin à leurs jours après avoir été intimidées via les réseaux sociaux?

L'entourage des adolescents doit également être à l'affût et prendre au sérieux ce qui peut être publié sur le Web. Des jeunes qui ont des idées noires ou suicidaires y expriment souvent leur désarroi et leur mal de vivre avant de passer de la parole aux actes.

Les deux jeunes accusés dans l'affaire du triple meurtre de Trois-Rivières avaient notamment partagé des statuts pour le moins violents et inquiétants avant de perpétrer l'irréparable. Personne n'avait réagi, avec le triste résultat qu'on connaît aujourd'hui.

Autre tendance controversée sur Facebook: se faire justice soi-même en publiant les vidéos sur lesquelles on aperçoit les gens commettant des délits. L'été dernier, un propriétaire de chalet en Haute-Mauricie avait réussi à se faire rembourser ce qu'on lui avait volé après avoir menacé les voleurs de rendre publique la vidéo sur laquelle on les voyait à l'oeuvre.

De plus en plus de propriétaires de commerces optent pour la même «auto-justice». Même si elle s'avère efficace, cette méthode n'est évidemment pas recommandée par les policiers. Et pour cause: imaginez un jour s'il y avait erreur sur la personne. La victime du vol pourrait rapidement elle aussi se retrouver au palais de justice!

On l'a vu dans le passé, l'utilisation de Facebook dans des situations d'urgence peut être très efficace. Le cas de la petite Victoria, qui a été retrouvée grâce à la vigilance de trois jeunes qui avaient reconnu la kidnappeuse via les réseaux sociaux, en est le plus bel exemple. Mais il y a des limites à ameuter les gens!

La dame qui a signalé une supposée tentative d'enlèvement au centre Les Rivières ce week-end était assurément de bonne foi, mais elle aurait dû commencer par aviser les autorités avant d'alerter toute la planète Facebook et de créer une importante commotion virtuelle. C'est malheureusement aussi ça, Facebook, la contamination et l'exagération collective.

Visiblement, la ligne est mince entre une utilisation justifiée et périlleuse de Facebook. L'important est de faire preuve de jugement, de prudence et, dans l'incertitude, de faire appel aux autorités compétentes. Il ne faut pas non plus tout croire ce qu'on y retrouve.

D'ailleurs, est-ce vraiment un policier qu'on voit en train de consommer du cannabis? Paraît-il que non. Quand même les forces policières sont victimes de Facebook, c'est qu'il reste pas mal de sensibilisation à faire et d'outils de surveillance à créer.

Et en attendant que les dirigeants de Facebook acceptent de mettre en place des mesures de contrôle et d'intervention plus pointues, à tout le moins à la hauteur des milliards de dollars qu'ils encaissent, des utilisateurs continueront de faire pas mal ce qu'ils veulent... pour le meilleur et pour le pire!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer