Neutralité ou opportunisme?

Même si plus de 80 personnes étaient présentes... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Même si plus de 80 personnes étaient présentes à la réunion du conseil des maires de la MRC de Maskinongé pour rappeler leur opposition au projet d'oléoduc d'Énergie Est, les élus ne changent pas d'idée.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Elle est bien étrange la position de la MRC de Maskinongé dans le dossier de l'oléoduc Énergie Est. Si on peut appeler ça une position.

Les maires de la MRC se disent ni pour, ni contre le projet. Par contre, ils ont rendu public, mercredi, le mémoire d'une centaine de pages qui sera déposé au BAPE.

Le mémoire en question traduit cette position mi-figue, mi-raisin. Les auteurs du document concluent que «pour le moment, l'analyse coûts-bénéfices du projet ne démontre pas que les risques encourus par le projet seront profitables pour la région, particulièrement en cas de déversement, mineur ou majeur». Ça, ça ne démontre pas beaucoup d'enthousiasme par rapport au projet de TransCanada.

Par contre, on enchaîne avec une série de «recommandations» concernant le passage «éventuel» de l'oléoduc sur le territoire de la MRC. Beaucoup de lieux communs dans ces recommandations: que l'installation de l'oléoduc, s'il y a lieu, se fasse avec toutes les précautions requises et sous la surveillance constante d'experts indépendants ayant le pouvoir de stopper les travaux; que des contrôles rigoureux, continus et indépendants soient mis en place; qu'un rapport annuel de l'état des éventuelles installations soit produit par des experts indépendants et rendu public...

Ça, déjà, ça démontre une plus grande ouverture au projet.

On ne sait donc pas vraiment à quelle enseigne logent les élus de la MRC de Maskinongé. C'est curieux parce que même si la décision se prendra à des niveaux supérieurs, on s'attend de villes, de municipalités et de MRC touchées par le passage de l'oléoduc, qu'elles prennent position et la signifient publiquement. Ça fait partie de la joute politique associée à un tel projet.

Dans Maskinongé, cinq municipalités ont déjà pris position formellement, par le biais d'une résolution, contre le projet: Louiseville, Saint-Alexis-des-Monts, Saint-Paulin, Saint-Justin et Saint-Élie-de-Caxton. Quant à Saint-Étienne-des-Grès, la Municipalité ne se dit pas contre l'oléoduc, mais refuse que celui-ci passe éventuellement sur son territoire.

Les représentants du Comité vigilance hydrocarbures de la MRC de Maskinongé talonnent depuis un an les maires de la MRC pour qu'ils fassent leur nid. Leurs interventions sont généralement efficaces et leur argumentaire assez solide.

En fait, le Comité vigilance hydrocarbures est habile: il ne réclame pas directement une prise de position. Il veut que la MRC commande une étude indépendante sur les conséquences de la construction d'un pipeline qui traverserait sur une cinquantaine de kilomètres les terres de la région. Ce qui est plutôt déplorable, c'est quand des membres du comité vont jusqu'à huer une intervention de quelqu'un qui se dit favorable au projet.

Ils ont toutefois raison de demander aux maires une prise de position claire. Les élus de la MRC doivent comprendre qu'il n'y a pas de crime à se ranger d'un côté ou de l'autre. Leur position actuelle ressemble davantage à de l'opportunisme, un peu comme s'ils disaient: on aimerait mieux que ça ne se fasse pas, mais si jamais ça se fait, on veut être en bonne position pour négocier un cadre et des compensations appropriées avec TransCanada.

Des dizaines de villes, municipalités et MRC ont déjà signifié leur position. Plus souvent qu'autrement leur opposition. La MRC d'Autray, notamment, qui est la voisine immédiate de la MRC de Maskinongé, a officiellement pris position contre le projet. Encore un peu plus à l'ouest, la Communauté métropolitaine de Montréal avait fait de même.

Ce qui est étonnant, quand on y pense, c'est qu'on n'entende absolument rien du côté de Trois-Rivières. Pas de prise de position du conseil, mais pas de manifestants inquiets non plus.

On croirait presque que l'oléoduc contournerait Trois-Rivières et n'aurait aucune conséquence sur la rivière qui lui sert de prise d'eau.

Mais c'est loin d'être le cas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer