Une promesse à géométrie variable

Même si la livraison dans des boîtes postales... (La Presse)

Agrandir

Même si la livraison dans des boîtes postales communautaires est déjà la façon de faire qui prévaut dans les régions rurales et dans bon nombre de nouveaux quartiers résidentiels en milieu urbain, il reste que ça représente un sérieux pas en arrière et, surtout, un bouleversement dans les habitudes de vie de plusieurs citoyens.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les libéraux de Justin Trudeau utilisent la bonne vieille stratégie de mise en place d'un comité plutôt que de donner suite de façon claire et directe à une des promesses faites en campagne électorale. Et c'est inquiétant pour l'avenir de la livraison du courrier à domicile.

Les libéraux avaient pourtant indiqué avant leur élection qu'ils allaient infirmer la décision de Postes Canada d'abolir graduellement la livraison à domicile.

La société, rappelons-le, avait mis en place en 2013 un plan d'implantation de boîtes postales communautaires qui devait être complété en 2018 et qui aurait pour effet d'éliminer la livraison du courrier à domicile dans les quelque 5 millions de foyers canadiens où on procède encore ainsi.

Postes Canada avait justifié cette mesure par la nécessité de réduire ses coûts d'opération et d'assurer la rentabilité de la société d'État, qui a vu le volume de lettres chuter de manière importante au cours des dernières années.

Or, voilà que jeudi, la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Judy Foote, annonçait la mise sur pied d'un comité chargé d'évaluer les «options viables» pour l'avenir de Postes Canada. Le rétablissement de la livraison est peut-être une des issues possibles de cette réflexion assortie d'une consultation, mais ce n'est certainement plus aussi clair que ce qu'avaient évoqué les libéraux en campagne électorale.

Un groupe de travail va donc se pencher non seulement sur la question de la livraison du courrier, mais aussi sur les pratiques qui prévalent actuellement à l'étranger. Le rapport sera ensuite remis à un comité parlementaire qui déploiera une vaste consultation à travers le pays. On veut savoir ce que les gens attendent de Postes Canada.

La fin de la livraison du courrier à domicile est évidemment un des points majeurs. Même si la livraison dans des boîtes postales communautaires est déjà la façon de faire qui prévaut dans les régions rurales et dans bon nombre de nouveaux quartiers résidentiels en milieu urbain, il reste que ça représente un sérieux pas en arrière et, surtout, un bouleversement dans les habitudes de vie de plusieurs citoyens. Pensons aux personnes à mobilité restreinte ou aux aînés, qui ne peuvent pas toujours se déplacer, surtout par temps froid, pour aller cueillir leur courrier à la boîte postale collective. Il est clair que pour plusieurs personnes, le passage du facteur est encore le seul contact social d'une journée autrement ancrée dans la solitude. En milieu urbain, les facteurs connaissent les gens qui se trouvent sur leur parcours. Et vice-versa.

Mais au-delà de cette mesure, qui inquiète déjà bon nombre de collectivités, il y a d'autres questions qui seront sur la table et qui méritent certainement une attention plus grande. S'attaquer au problème de rentabilité de Postes Canada, c'est aussi s'ouvrir à des façons de faire innovatrices, comme on en voit partout en Europe, principalement.

À l'heure, par exemple, où les caisses populaires fuient les villages comme la peste, l'offre de services bancaires par Postes Canada pourrait certainement être une avenue intéressante. Ça l'a été pendant un siècle, de 1867 à 1968, avec la caisse d'épargne postale, qui permettait de desservir des milliers de communautés où on ne trouvait aucune autre succursale bancaire.

Postes Canada possède la main-d'oeuvre et l'infrastructure nécessaires à la prestation de services financiers, avec le plus grand réseau de points de vente au détail au pays, soit plus de 6000 comptoirs postaux dont près de 4000 qui appartiennent à Postes Canada.

Dans plusieurs pays, le service des postes s'est tourné vers des produits nouveaux, avec généralement beaucoup de succès. Outre les services bancaires, on touche aussi aux services financiers, à la téléphonie mobile, au marketing direct, aux assurances.

Ce ne sont pas les idées qui manquent. Seulement la volonté politique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer