Des noms insignifiants

Décidément, les dérapages toponymiques ne sont pas l'apanage des villes. Dans... (La Presse)

Agrandir

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Décidément, les dérapages toponymiques ne sont pas l'apanage des villes. Dans tout son processus de regroupement de caisses, Desjardins a inventé une série de noms décevants, uniquement basés sur une géographie presque cartographique.

C'est le cas pour la Caisse Desjardins de l'Est de Trois-Rivières, née du regroupement de la Caisse Desjardins Châteaudun et de la Caisse Desjardins Du Passage. Pourquoi ne pas avoir opté simplement pour le nom de Caisse Desjardins du Cap-de-la-Madeleine? Parce que les gens de Saint-Louis-de-France s'en seraient offusqués? Le nom de leur caisse était déjà disparu depuis quelques années puisque la caisse de l'endroit avait été fusionnée à la Caisse Châteaudun.

Ç'aurait été une belle façon de faire revivre le nom de Cap-de-la-Madeleine de façon un peu plus officielle. Et ça situe tout de suite le territoire desservi.

Mais la tendance aux noms géographiques est déjà bien installée chez Desjardins. Dans la région, on retrouve entre autres la Caisse du Centre-sud de Shawinigan, la Caisse du Centre-de-Mékinac, la Caisse de l'Ouest de la Mauricie et l'horrible Caisse du Sud des Chenaux.

C'est triste parce que Desjardins nous avait habitués à mieux, avec des noms de caisse plus rassembleurs, plus originaux, plus collés à des éléments géographiques autres que la localisation pure et simple sur une carte.

Il y a quelques années, lors de la grande refonte des commissions scolaires, un effort particulier avait été fait pour doter ces organismes de noms significatifs. Dans l'ensemble, l'exercice était assez réussi.

Plus récemment, le redécoupage de la carte électorale de la ville de Trois-Rivières a donné lieu à un bel exercice toponymique. On a pris le temps de choisir les noms des nouveaux districts qui se retrouvaient trop différents des anciens pour qu'on puisse les conserver. Aussi voit-on apparaître le district de Richelieu, le district de La Vérendrye, le district des Carrefours ou le district des Rivières.

La Ville semble avoir fait un travail intelligent de toponymie, ce qui contraste avec les tristes conséquences du démantèlement du comité de toponymie.

On rigole encore des rues de la Bravoure, de la Création, des Charmants, de l'Ambition ou de la Diversité qui voient le jour dans le District 55.

La désignation toponymique n'est pas un exercice à prendre à la légère. Attribuer un nom à une rue, un parc, un bâtiment, une caisse populaire, une commission scolaire, c'est ancrer une identité dans la pérennité.

Parlez-en ces jours-ci aux Français qui doivent choisir des nouveaux noms pour plusieurs régions. Un vaste processus de regroupement de régions administratives fait en sorte que le nombre de régions passera de 22 à 13, ce qui implique un nouveau baptême pour plusieurs d'entre elles.

Et comme les régions de France sont souvent désignées en fonction d'entités géographiques comme des cours d'eau, des reliefs ou des régions traditionnelles, on se retrouve avec des noms beaucoup trop longs.

On vient de renommer «Hauts-de-France» la région septentrionale de la France, issue du regroupement du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie.

On hésite encore sur le nom à donner à la région orientale qui porte provisoirement le nom d'Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, ou à celle du sud-ouest qui s'appelle temporairement Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.

Mais en France, au moins, on a le mérite de consulter la population.

Il y a certes des débats, des railleries sur les réseaux sociaux. Mais ça permet justement aux décideurs de tâter le pouls de monsieur et madame Tout-le-monde. Et parfois même d'ajuster le tir.

On a souvent tendance à oublier que les citoyens ou les membres d'une organisation peuvent devenir de précieux alliés quand on les consulte. Et parfois ils peuvent arriver avec des suggestions franchement intéressantes, même dans un domaine aussi complexe ou aussi subjectif que la toponymie.

Alors, à quand la Caisse Desjardins de Cap-de-la-Madeleine?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer