La sécurité avant l'économie

Il y a un peu plus d'un an, les chambres de commerce de Trois-Rivières et du... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il y a un peu plus d'un an, les chambres de commerce de Trois-Rivières et du Coeur-du-Québec unissaient leurs voix pour réclamer le doublement des voies de l'autoroute 55 entre Bécancour et l'autoroute 20.

Plus tôt cette semaine, ce sont les trois chambres de commerce de la région du Centre-du-Québec qui ont reproduit cet unisson afin de réitérer cette demande.

Il serait grand temps que Québec entende cet appel unanime et y donne suite de façon convenable.

Ça fait dix ans cette année que l'autoroute 55 a été prolongée entre Saint-Célestin et Sainte-Eulalie. Avant, il fallait emprunter les anciens tronçons de la route 161 et de la route 155 - toutes deux déclassées depuis - pour atteindre la 20.

Mais si le prolongement de la 55 était un événement attendu depuis longtemps, les célébrations n'auront été que partielles. Son doublement se fait toujours attendre, un peu comme les gens de l'Estrie ont dû aussi attendre le doublement de leur portion de la 55.

La mobilisation des chambres de commerces centricoises est surtout fondée sur l'argument économique. C'est certainement un argument valable, mais il ne faudrait pas laisser de côté l'argument de la sécurité pour justifier le doublement des voies de ce tronçon autoroutier.

Depuis que la 55 a percé les terres pour se rendre jusqu'à l'autoroute 20, elle ne compte qu'une seule chaussée à deux voies, une en direction nord et une en direction sud. On ne retrouve pas de terre-plein central, ni de muret avec double glissière de sécurité. Sur sa portion «nouvelle» entre Saint-Célestin et Sainte-Eulalie, tout comme sur les quelques kilomètres qui séparent Saint-Grégoire de Saint-Célestin, la 55 n'a rien d'une autoroute, si ce n'est que le nom et le numéro.

Doit-on absolument rappeler aux gens du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, que les accidents mortels ou avec blessés graves ont été nombreux sur ce tronçon d'«autoroute» au cours des dix dernières années? Des vies auraient pu être sauvées si, déjà, l'autoroute avait été à chaussées séparées. Pas sûr que le ministre Jacques Daoust ou n'importe quel fonctionnaire de son ministère pourrait dire en plein visage aux familles des victimes que c'est une question de moyens, de fluidité ou de débit de circulation.

Au lieu de dépenser des sommes quand même importantes dans l'élargissement d'une partie de ce tronçon, près de Saint-Célestin, pour permettre le dépassement, ou encore dans l'aménagement de bandes rugueuses centrales, ne pourrait-on pas faire l'effort supplémentaire qu'il faudra faire un jour ou l'autre et y aller de l'ajout d'une chaussée? Après tout, les ponts d'étagements sont déjà construits pour surplomber deux chaussées.

Quand on fait le choix de prolonger une autoroute, on devrait se donner les moyens de la prolonger de façon normale et sécuritaire.

Si l'argument de la sécurité devrait être le principal guide dans la planification des travaux et des grands chantiers routiers, l'argument économique que brandissent les chambres de commerce n'est pas à négliger non plus. Le transport lourd est de plus en plus important sur cet axe autoroutier, le seul qui permet au secteur manufacturier de la Mauricie et du Centre-du-Québec de desservir l'Estrie et les États-Unis. C'est une colonne vertébrale pour les exportations par voie terrestre.

Il faut que les politiciens arrêtent de dire qu'on va étudier la question, qu'on est attentif aux revendications, qu'on va procéder à des études de débit. Il faut cesser de faire des aménagements qui ne font que repousser le doublement de la chaussée.

Il faut voir les maires et les députés s'impliquer aussi. Parce que maintenant que les grands projets d'infrastructures sont dans l'air du temps, aussi bien sauter sur l'occasion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer