Urgent besoin de concertation

On est en train de tasser tout ce... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

On est en train de tasser tout ce qui reste de fierté aux régions.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La concertation régionale est de plus en plus rare et les occasions de nous le rappeler sont de plus en plus nombreuses.

Depuis la fin des activités de la conférence régionale des élus, la région a non seulement été dépouillée de plusieurs outils d'intervention permettant de soutenir des initiatives régionales, mais elle a aussi - et surtout - été privée d'un organe privilégié pour que les intervenants puissent communiquer entre eux.

On sait déjà qu'avec la fin des activités de la CRE, plusieurs fonds sont aussi disparus ou ont été affectés à d'autres entités gestionnaires. Cela a eu des conséquences directes sur les activités de plusieurs organismes.

Certains, comme le Forum Jeunesse Mauricie, ont mis la clé sous la porte alors que d'autres se retrouvent en situation très précaire. Les plus récents exemples, chez nous, sont ceux de Mauriciennes d'influence ou de L'Accorderie, dont le financement dépend en partie des enveloppes qui étaient gérées par la CRE.

Mais au-delà des interventions de soutien qui passaient par la CRE, il faut surtout se désoler de l'absence de ce forum qui était nécessairement créé par la seule présence de l'organisme non seulement en Mauricie mais dans chacune des régions du Québec.

Le conseil d'administration de la Conférence régionale des élus réunissait des représentants des villes et des MRC, mais aussi de la société civile. Des voix nécessaires autour d'une table vouée au développement de la région.

La semaine dernière, le maire de Saint-Mathieu-du-Parc, Claude McManus, déplorait une fois de plus la disparition de la CRE.

En plein débat sur la question des équipements et services supralocaux dans la région de Shawinigan, il estimait que l'abolition de l'organisme se faisait particulièrement sentir dans ce dossier. Selon lui, la CRE constituait un lien privilégié pour maintenir les canaux de communication ouverts entre les villes et les MRC.

En Mauricie, la table des préfets a survécu à la disparition de la CRE mais elle a perdu des plumes. Les élus ne se rencontrent plus que lorsqu'il y a réunion du comité de transition dont la mission est de gérer la fin des activités et le transfert de certaines compétences.

Depuis janvier 2015, il n'y a eu que trois ou quatre réunions de la table des préfets, une table où il semble qu'on n'ait plus grand chose à se dire.

C'est une chose d'avoir la volonté de se concerter mais c'en est une autre de se doter des moyens ou d'un organe pour concrétiser cette communication.

Il semble que du côté des élus, il y ait toujours une volonté de maintenir un outil de concertation et qu'il ne soit pas souhaité ni souhaitable d'en écarter la société civile.

Il y a encore toutefois beaucoup de si et beaucoup d'inconnu quant à cette éventuelle structure régionale dont on voudrait doter la Mauricie.

En attendant de définir quelle forme pourrait prendre cet organe de concertation, il serait plus qu'approprié d'avoir une structure souple qui réunit les élus de la région autour d'une même table. Pas nécessaire d'avoir des ordres du jour, des observateurs, des power point, des comptes de dépenses ou des procès-verbaux.

Ça permettrait aux élus de se parler et ça éviterait de gérer trop local dans des dossiers qui exigent une vision plus régionale. Visiblement, il ne faut pas compter sur le gouvernement pour permettre cela. Les libéraux, qui ont sonné le glas des CRE douze ans après les avoir créées, ne semblent pas intéressés par quelque décentralisation que ce soit.

À quoi ça sert d'avoir au Québec des régions administratives si, justement, elles ne servent qu'à donner des antennes régionales - aux pouvoirs très limités - à certains ministères? On est en train d'évacuer toute possibilité de donner un peu d'autonomie aux régions et de couper les canaux de communications qui avaient l'habitude de faciliter bien des choses.

En fait, on est en train de tasser tout ce qui reste de fierté aux régions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer