Besoin d'influence

La Table de concertation du mouvement des femmes... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

La Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie (TCMFM) a lancé un cri du coeur plus tôt cette semaine pour la survie du projet Mauriciennes d'influence. On voit sur la photo, la directrice de la TCMFM Joanne Blais ainsi que Marie-Josée Tardif et Valérie Lupien, qui ont été honorées lors de galas Mauriciennes d'influence, respectivement en 2012 et en 2014.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphan Frappier
Stéphan Frappier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Ça faisait drôle d'apprendre il y a quelques jours, en pleine semaine de la Journée de la femme, que le projet Mauriciennes d'influence battait de l'aile et que sa survie était même menacée.

Encore une fois, les mesures d'austérité du gouvernement libéral ont gravement plombé la marge de manoeuvre de la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie qui encadre cette initiative purement mauricienne.

Difficile de justifier cette sévère compression à l'endroit d'un regroupement qui travaille à favoriser la présence féminine dans les sphères décisionnelles et qui s'efforce à mettre en évidence les femmes de la région qui sont des exemples à suivre en matière d'implication sociale, politique et entrepreneuriale.

En fait, les objectifs poursuivis par Mauriciennes d'influence résument assez bien tous les commentaires entendus ces derniers jours concernant la place des femmes dans la société.

Bien que tout le monde s'entende pour dire qu'il y a eu beaucoup d'amélioration au cours des dernières décennies, cette même majorité est également d'accord avec le fait qu'il reste encore beaucoup de chemin à parcourir quand on parle d'équité homme-femme. Raison de plus de se donner les moyens pour y parvenir.

En plus d'offrir les outils nécessaires à celles qui aimeraient bien accéder à des postes à hautes responsabilités, le projet Mauriciennes d'influence met les projecteurs sur ces femmes de tête dont le parcours permet de démontrer que la présence féminine dans les instances décisionnelles n'est pas qu'une rassurante et déculpabilisante utopie collective à prôner une fois par année. Que c'est une réalité atteignable!

Des histoires qui nous présentent le cheminement de femmes comme Sylvie Tardif, Nancy Sabourin, Ruth Ellen Brosseau et Stella Montreuil (et la liste est longue) sont de nature à en inspirer d'autres à vouloir s'impliquer dans leur milieu respectif. D'où l'importance de continuer à les mettre en évidence par l'entremise d'un gala annuel.

Faut croire que le Parti libéral ne voit pas du tout les choses de la même façon. Une ponction de quelques milliers de dollars aurait pu permettre à Mauriciennes d'influence de continuer sa mission. Mais en faisant passer le budget alloué à la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie de 310 474 $ à 57 855 $ en deux ans, le gouvernement Couillard a littéralement signé l'arrêt de mort de ce projet qui vient de souffler ses quinze bougies. C'est carrément inacceptable!

Ne venez plus nous dire après ça, chers députés libéraux, que la place des femmes au Québec est une de vos priorités!

C'est maintenant d'un peu d'influence dont a besoin Mauriciennes d'influence.

En entrevue cette semaine, la députée et pardonnée ministre responsable de la Mauricie, Julie Boulet, s'est empressée de mentionner qu'elle était «féministe». Une rebuffade à peine voilée à sa collègue Lise Thériault qui s'est mis les pieds dans les plats en se disant «non féministe».

Mme Boulet devrait maintenant démontrer jusqu'à quel point elle a à coeur la place des femmes dans sa région en allant plaider la cause de la Table des femmes de la Mauricie auprès de son gouvernement.

Et tant qu'à y être, elle pourrait aussi dénoncer les coupes sévères dont sont victimes les organismes Comsep et l'Accorderie. Des compressions qui, encore une fois, atteignent majoritairement des femmes. C'est en tout cas ce que ferait une vraie «féministe».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer