Lise et les femmes

La ministre de la Condition féminine, Lise Thériault.... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

La ministre de la Condition féminine, Lise Thériault.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La nouvelle va passer à peu près inaperçue. Probablement parce qu'elle est positive. Ou peut-être parce qu'elle vient atténuer un petit scandale comme on aime les fabriquer.

Les représentantes du Collectif 8 mars qui ont rencontré lundi la ministre de la Condition féminine, Lise Thériault, sont sorties enthousiastes de cette rencontre et ont indiqué qu'elles lui faisaient confiance pour défendre les droits des femmes.

Le Collectif 8 mars représente environ 700 000 femmes et est constitué d'organisations syndicales et de la Fédération des femmes du Québec.

C'est, comme on pourrait dire, la voix des femmes, surtout dans le contexte de la Journée internationale qui leur est consacrée.

Chaque année, le Collectif rencontre la ministre responsable du dossier de la condition féminine, histoire de faire le point sur les dossiers en cours, les attentes, les enjeux, les inquiétudes.

Curieusement, après avoir été lapidée au cours des derniers jours parce qu'elle avait maladroitement déclaré ne pas être féministe, voilà que la ministre est encensée par le Collectif pour son sens de l'écoute, sa réceptivité face aux revendications et sa connaissance pointue des dossiers.

Ça ne viendra toutefois pas effacer la déclaration malhabile de la ministre, déclaration qui a été par la suite précisée, nuancée ou mise en contexte, tant par la ministre elle-même que par des collègues du gouvernement.

Good news is no news, entend-on souvent. Les bonnes nouvelles ne font pas les nouvelles. Et sur les réseaux sociaux aussi bien que dans les chroniques d'opinion, on verra bien moins les gérants d'estrade se passionner pour une nouvelle comme celle-ci.

C'est tellement plus tentant de s'acharner quand il y a une déclaration qui ouvre grand la porte au «scandale»: le Québec a une ministre de la Condition féminine qui n'est pas féministe!

L'affaire a pris une ampleur démesurée la semaine dernière.

La vraie erreur, pour les libéraux, ne vient pas tant des propos de Lise Thériault mais de l'absence de représentants au Sommet des femmes, tenu à Montréal vendredi dernier.

Les partis d'opposition y étaient tous représentés. Mais pas les libéraux. C'est maladroit et ça, ça prête flanc à la critique justifiée. Les absents ont toujours tort.

Pourtant les libéraux n'ont pas à rougir de leur feuille de route en matière de condition féminine. Jean Charest a été le premier à atteindre la parité dans la formation d'un conseil des ministres.

Et au fil des cinquante-cinq dernières années, il y a eu des figures féminines marquantes dans l'histoire de ce parti: Marie-Claire Kirkland-Casgrain, première femme élue députée et première femme ministre; Thérèse Lavoie-Roux, première femme présidente de la Commission des écoles catholiques de Montréal et première femme ministre de la Santé; Lise Bacon, première femme vice-première ministre; Lucienne Robillard, première femme ministre de l'Éducation; Monique Gagnon-Tremblay, première femme ministre des Finances. La liste de femmes libérales inspirantes est aussi ponctuée de noms comme Solange Chaput-Rolland, Liza Frulla ou Monique Jérôme-Forget.

Le nom de Lise Thériault aurait pu s'ajouter à cette liste. Après tout, elle aura été la première femme à occuper le poste de ministre de la Sécurité publique. Malheureusement, on risque de retenir d'elle la controverse sur ses convictions féministes.

Pourtant, bien au-delà des déclarations décevantes et des polémiques sémantiques, on devrait aussi avoir en mémoire la réaction très émotive - et assez émouvante - de la ministre Thériault lorsqu'elle a réagi au reportage de l'émission Enquête sur les agressions dont auraient été victimes des femmes autochtones de la région de Val-d'Or.

En politique, où la sensibilité est souvent dénigrée, une telle réaction vaut beaucoup plus que des mots.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer