L'homme fort

Pierre Moreau... (Archives PC)

Agrandir

Pierre Moreau

Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le gouvernement libéral a perdu - momentanément on le souhaite - son homme fort.

Pierre Moreau est contraint de suspendre ses activités professionnelles le temps de recevoir les traitements nécessaires pour une tumeur qui pourrait être cancéreuse. Une triste, bien triste nouvelle.

Pierre Moreau était devenu l'homme fort du gouvernement libéral. L'homme de toutes les missions. Et parce qu'un homme fort doit être remplacé par un homme fort, le premier ministre est en train d'en créer un autre.

Sébastien Proulx, qui a grandi dans la région et qui a été député adéquiste de Trois-Rivières de 2007 à 2008, a été élu comme député libéral dans Jean-Talon, à Québec, lors de l'élection complémentaire du 8 juin dernier.

Rapidement, il a accédé au conseil des ministres en héritant, le 28 janvier dernier, du ministère de la Famille et de l'épineux dossier des centres de la petite enfance.

Lundi, le premier ministre Couillard a ajouté l'Éducation, le Loisir et le Sport à cette responsabilité déjà importante de la Famille. Concrètement, Sébastien Proulx devient le ministre de tout ce qui est avant le collégial.

Et il y a, autant en éducation que dans le milieu des CPE, des dossiers majeurs en cours actuellement. Le projet de loi 86 - ou si on préfère la réforme des commissions scolaires - n'a pas fini de faire jaser. Et les nouvelles règles de financement du réseau des services de garde subventionnés, avec des compressions estimées à 120 millions $, risquent de causer aussi passablement de remous.

Ça lui fait de très gros dossiers entre les mains. Sébastien Proulx avait surpris en tant que leader en chambre quand l'Action démocratique du Québec formait l'opposition officielle, de mars 2007 à novembre 2008.

Mais la décision de lui confier deux aussi gros portefeuilles - l'Éducation représente le deuxième ministère en importance après la Santé et les Services sociaux - a de quoi étonner. L'homme n'a pas le choix de bien faire, parce que des libéraux de longue date le surveilleront sans doute de très près.

Curieusement, les trois principaux ministères du gouvernement libéral sont maintenant occupés par des anciens adéquistes ou des anciens caquistes. En plus de Sébastien Proulx à l'Éducation, on retrouve Gaétan Barrette à la Santé et Dominique Anglade à l'Économie. Il y a encore davantage là de quoi faire bouillir intérieurement des libéraux avec de longues feuilles de route au sein du Parti libéral.

Heureusement, pour délester un peu Sébastien Proulx, Philippe Couillard a décidé de scinder en deux le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, qu'il avait confié à Pierre Moreau le 28 janvier dernier.

Il a détaché le volet «enseignement supérieur» pour le confier à Hélène David, dont le passé professionnel de professeure et vice-rectrice à l'Université de Montréal, puis de sous-ministre adjointe responsable de l'enseignement supérieur au ministère de l'Éducation la destinait naturellement à une fonction comme celle-là.

Autre conséquence intéressante du remaniement forcé qu'entraîne la mise au repos de Pierre Moreau, c'est qu'en déplaçant Hélène David de la Culture et des Communications, où elle a plutôt bien fait depuis qu'elle est titulaire de ce ministère, le premier ministre confie ce ministère à un député provenant des régions. Luc Fortin, étoile montante des libéraux élu dans Sherbrooke, venait à peine d'être nommé ministre responsable du Loisir et du Sport qu'il se voit confier le portefeuille de la Culture.

Le temps de combattre la maladie et de pouvoir reprendre ses activités à l'Assemblée nationale, Pierre Moreau a été nommé ministre délégué aux Finances, un poste plutôt symbolique pour lui permettre de demeurer au conseil des ministres.

Il convient, évidemment, de souhaiter que les traitements soient efficaces et que ce retour puisse se faire le plus rapidement possible.

Au-delà de toute partisanerie, l'Assemblée nationale a grand besoin de parlementaires de la trempe de Pierre Moreau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer