Le club des petits cadeaux

Des adolescents en bronze portant des chandails de... (Image fournie par la Ville de Québec)

Agrandir

Des adolescents en bronze portant des chandails de sport sont au coeur de l'oeuvre d'art public que la Ville de Québec offrira à la Ville de Montréal pour son 375e anniversaire.

Image fournie par la Ville de Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il faut croire qu'il y a des 375es anniversaires plus importants que d'autres.

La Ville de Québec dévoilait jeudi le cadeau qu'elle offrira à Montréal pour son 375e anniversaire. Une oeuvre d'art urbain assez impressionnante, inspirée de l'histoire sportive de Montréal.

Une bagatelle de 225 000 $ qui décorera le nouveau parc Ville-de-Québec, à l'angle de la rue Sherbrooke et du boulevard Pie-IX.

Ce cadeau est un des premiers à être confirmés ou officialisés pour Montréal et ses fêtes du 375e. Il faut s'attendre à ce que d'autres villes posent un geste d'amitié semblable. C'est de mise, dit-on.

Et ces cadeaux s'ajoutent aux millions de dollars que la métropole recevra en subventions fédérales et provinciales, c'est-à-dire de l'argent provenant de vos poches et des miennes.

En février 2014, Nicolas Marceau, alors ministre des Finances du gouvernement péquiste en place, annonçait que la contribution du Québec aux fêtes du 375e de Montréal allait être de 125 millions $. Même si les libéraux tentent par tous les moyens de revoir à la baisse ce montant, il reste que l'organisation montréalaise compte sur une subvention de cet ordre de la part du gouvernement québécois.

Le fédéral, de son côté, a déjà annoncé qu'il ramasserait la facture de 30 millions $ pour illuminer le pont Jacques-Cartier, un cadeau pour le 375e. Et la contribution d'Ottawa pourrait être bonifiée par d'autres subventions de toutes sortes.

Lors de la dernière campagne électorale, le Bloc québécois réclamait que la participation du fédéral au 375e de Montréal soit au moins équivalente au montant qu'il avait versé à Québec pour son 400e, soit 110 millions $.

En plus, Montréal a le bonheur de voir ses anniversaires importants correspondre à ceux de la Confédération canadienne. En 2017, Montréal aura 375 ans, alors qu'on célébrera le 150e de la Confédération.

Trois-Rivières a beau avoir des anniversaires synchronisés - à un siècle près - avec l'arrivée de Jacques Cartier à Gaspé, mais plus souvent qu'autrement, ça fait passer la ville deuxième.

Pour son 375e, Trois-Rivières n'avait pas eu de cadeaux de villes amies. Et sur le plan des subventions, ce n'était pas les vaches grasses.

Le gouvernement du Québec avait versé 2 millions $, alors que le Fédéral, à la dernière minute, avait versé un montant de 610 000 $ pour un obscur programme de promotion des festivités à l'extérieur du pays.

Et en 2011, deux ans après les Fêtes, le fédéral rappelait cette subvention parce qu'une irrégularité administrative avait été observée dans les réclamations. Un cadeau de Grec, finalement.

Et on ne peut pas considérer que les subventions fédérale et provinciale pour l'Amphithéâtre Cogeco comme étant des cadeaux, puisqu'elles ont été versées selon un programme normé, soit le volet «Grands projets» du programme Chantiers Canada-Québec.

Alors ça fait des cadeaux bien minces pour un 375e anniversaire.

Imaginons une famille au sein de laquelle on organise toute une fête pour un des enfants qui vient d'avoir dix ans, avec une fête intime et une simple boîte de Lego comme cadeau.

Deux ans plus tard, cet enfant est rendu à douze ans et ne comprend pas trop pourquoi son petit frère, qui atteint à son tour l'âge de dix ans, a droit a une fête avec plein d'amis, des jeux gonflables, un spectacle privé d'Arthur l'Aventurier et des tas de cadeaux. Tout ça pour un même dixième anniversaire.

Bien sûr Montréal est plus grosse que Trois-Rivières. Bien sûr on parle d'une métropole. Mais même les prorata ne tiennent pas.

La Ville de Québec avait offert une oeuvre d'art discrète à Trois-Rivières pour son 350e, en 1984. Mais rien de comparable à l'aménagement d'un parc urbain.

Faut croire que si on n'est pas une métropole ou une capitale, les anniversaires n'ont pas la même signification.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer