Après la Finlande, le Québec?

Philippe Couillard... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Philippe Couillard

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il en a encore été question vendredi. Le premier ministre Philippe Couillard a abordé le sujet avec son caucus des députés et a réitéré que son gouvernement a la ferme intention d'étudier sérieusement la mise en place d'un revenu minimum garanti au Québec. Voilà une excellente nouvelle.

C'est en effet une question qui mérite d'être approfondie. Sérieusement. Et le gouvernement actuel a la chance d'avoir dans ses rangs un spécialiste de la question. Le nouveau ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais - un ex-doyen de la Faculté des sciences sociales à l'Université Laval -, a publié au début des années 2000 un ouvrage fort pertinent sur le concept de l'allocation universelle. Le premier ministre semble de plus en plus se rallier à l'idée d'établir un revenu minimum garanti pour tous les citoyens.

Actuellement, il n'y a que la Finlande qui, dans les pays occidentaux, a adopté une mesure en ce sens. Dès 2017, l'État finlandais versera une allocation mensuelle d'un peu plus de 800 euros, soit environ 1200 dollars canadiens à tous ses citoyens, sans distinction quant au statut d'emploi.

Le concept de prestation universelle n'est pas nouveau. Ici même, au Canada, une expérience pilote avait été menée dans les années 70 à Dauphin, au Manitoba. L'idée refait périodiquement surface, mais cette fois-ci pourrait être la bonne.

Pourquoi? Parce que les coûts reliés à la mise en place d'une telle mesure ne sont peut-être pas aussi élevés qu'on pense.

Le revenu minimum garanti se voudrait une version modernisée des transferts sociaux aux particuliers. Il pourrait remplacer plusieurs mesures d'aide financière, comme la sécurité du revenu, le régime de prêts et bourses aux étudiants, de même qu'une pléthore de crédits d'impôts.

Selon Philippe Couillard, cela permettrait de simplifier considérablement «l'enchevêtrement de prestations et de règles qu'on a actuellement et qui est bien compliqué». Il associe aussi cette initiative au «maintien de la dignité des personnes», dans un contexte où l'économie est en profonde mutation.

Là où la prestation universelle est mise en place - le concept prend différentes formes et variantes -, on remarque évidemment une cure minceur pour la fonction publique coûteuse normalement affectée aux programmes de versements de transferts de toutes sortes.

La bonne nouvelle, c'est que le gouvernement décide de se pencher enfin de façon sérieuse sur la question. Peut-être qu'on conclura par exemple que ce ne serait pas viable ou que les conséquences sur le désincitation au travail sont considérables. Mais peut-être aussi qu'on réalisera que c'est souhaitable, que cela simplifie effectivement les mécanismes et les prestations de soutien au revenu et que l'impact sur le travail est négligeable.

Il semble y avoir une conjoncture favorable pour que le concept soit étudié. Au fédéral, les libéraux de Justin Trudeau avaient aussi évoqué une sensibilité face à cette idée. Et comme le remarque le premier ministre Couillard, il y a présentement une tendance en ce sens que l'on observe dans plusieurs pays du monde.

La Finlande, un des pays d'Europe où les filets sociaux sont les plus développés et où le revenu moyen par habitant est parmi les plus élevés, s'y mettra l'an prochain. La Suisse tiendra un référendum sur le sujet prochainement. Une vingtaine de villes des Pays-Bas tiennent des expériences de prestation universelle.

Au Québec, non seulement le ministre Blais est bien au fait de l'idée et de ses différents mécanismes de mise en oeuvre, mais il semble aussi y avoir un groupe de plusieurs députés très intéressés par la question.

Le premier ministre a été clair: ce n'est pas pour demain matin. Il y a des travaux à faire, une trajectoire à définir.

Qu'on s'y mette. On sera peut-être surpris des résultats.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer