Soupir de soulagement

Le secteur Saint-Jean-des-Piles, à Shawinigan.... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Le secteur Saint-Jean-des-Piles, à Shawinigan.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le maire de Shawinigan, Michel Angers, a dû pousser un soupir de soulagement, vendredi, après avoir appris que deux des dix-neuf signatures enregistrées jeudi dans le cadre de la procédure d'enregistrement concernant le projet de développement récréotouristique de 45 millions $ dans le secteur Saint-Jean-des-Piles n'étaient pas valides. Avec raison. Parce qu'il s'agit d'un des plus beaux projets sur la table à Shawinigan en ce moment.

On a craint le pire, jeudi, alors que 19 signatures étaient requises pour forcer la Ville à tenir un référendum ou à carrément abandonner le projet, et que le nombre de signatures recueillies était justement de 19. Des vérifications devaient être faites et heureusement, deux des signatures n'étaient pas conformes.

Le maire avait raison de se montrer préoccupé par le paradoxe qu'il constatait, devant la possibilité que le nombre de signatures requises soit atteint. D'une part, il observe que les citoyens pressent constamment la Ville de trouver des nouveaux revenus, de baisser les taxes, de créer de la richesse et de dénicher des nouvelles opportunités de développement et, d'autre part, il voit poindre le spectre du «pas dans ma cour» et s'élever des voix de citoyens qui ne veulent pas être dérangés.

C'est vrai qu'il y a quelque chose de paradoxal là-dedans. Il est toujours délicat de trouver l'équilibre entre d'une part le petit confort ou la stabilité personnelle du contribuable et, d'autre part, le bien-être collectif, qui passe nécessairement par des projets de développement, dont certains peuvent venir bousculer les habitudes des citoyens ou l'environnement dans lequel ils vivent.

Le pire c'est que l'assemblée d'information de novembre dernier s'était terminée dans un climat de satisfaction. Les citoyens présents avaient clairement donné l'impression aux représentants de la Ville et aux promoteurs que le projet était intéressant et qu'on avait répondu à leurs questions ou à leurs inquiétudes. Les applaudissements avaient été nourris et pas une seule voix ne s'était alors élevée contre le projet.

Shawinigan a besoin de ce projet. Et quand on a un promoteur de qualité et déterminé à en faire un succès, quand on a des élus et des fonctionnaires qui jugent le projet souhaitable à la lumière de l'analyse qu'ils en ont faite, quand on a une participation citoyenne significative à une assemblée d'information ouverte, il apparaissait normal d'avaliser le choix de la Ville.

Même s'il convient de respecter l'expression de l'opinion des citoyens et de respecter aussi les mécanismes démocratiques qui y sont associés, dans ce cas-ci il faut bien se rendre à l'évidence: l'opposition à un tel projet pouvait difficilement trouver les arguments nécessaires pour rallier une majorité de citoyens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer