Livrer la marchandise

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, était tout... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, était tout sourire à la sortie de sa rencontre avec le député de Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, était tout sourire à la sortie de sa rencontre avec le député de Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne.

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, était tout sourire à la sortie de sa rencontre avec le député de Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne. On ne sait pas tant si c'est dû au fait que le maire en a su un peu plus que ce que les deux hommes ont bien voulu laisser entendre concernant le dossier de l'aide aux victimes de la pyrrhotite, ou bien si c'est parce que le maire savourait encore le privilège d'avoir eu cette rencontre privée avec le secrétaire parlementaire du ministre des Finances.

Un imbroglio administratif avait apparemment empêché Yves Lévesque de prendre part aux consultations prébudgétaires menées par le député Champagne. L'invitation ne s'était pas rendue, dit-on. Qu'à cela ne tienne, les deux hommes ont pu échanger en privé des différents dossiers qui préoccupent la Ville de Trois-Rivières.

Mais la véritable raison du sourire d'Yves Lévesque, c'est peut-être parce qu'il réalise enfin que Trois-Rivières aura la voix qu'il souhaite depuis longtemps au sein du gouvernement fédéral. Et avec le plus récent découpage de la carte électorale fédérale, il réalise aussi que le seul député libéral élu dans la région n'est pas «dans le comté voisin» mais bien dans une circonscription qui englobe une bonne partie du territoire de la ville de Trois-Rivières. Saint-Maurice-Champlain comprend non seulement les villes de Shawinigan et de La Tuque, les MRC de Mékinac et des Chenaux, mais aussi les secteurs de Sainte-Marthe et de Saint-Louis-de-France.

Pour un maire comme Yves Lévesque, qui se faisait pratiquement une fierté de dire qu'il n'avait pas d'intérêt à travailler des dossiers avec des députés qui sont dans l'opposition, la présence d'une pièce du puzzle de Saint-Maurice-Champlain sur le territoire de la ville est une bénédiction.

Reste maintenant à voir de quelle façon les messages du maire se rendront. Mais François-Philippe Champagne est un député sérieux, qui a déjà démontré sa capacité de saisir rapidement les enjeux et de développer les liens nécessaires pour faire avancer les dossiers.

On se doute bien que la pyrrhotite constitue le principal dossier local où l'on souhaite voir une intervention spécifique du gouvernement fédéral.

À l'heure où les libéraux apprivoisent encore la prise du pouvoir, ils doivent réajuster le tir dans certains dossiers tellement la réalité du gouvernement est différente de celle du parti qui fait des promesses en campagne électorale. Les prévisions budgétaires sont différentes de ce qu'on avait annoncé en campagne électorale parce que la réalité laissée par le gouvernement précédents est pire que ce qu'on avait prévu. Le refrain est souvent le même. Dans le dossier de la participation du Canada à la lutte contre le groupe armé État islamique, la donne a changé depuis les attentats de Paris et encore plus depuis celui de Ouagadougou, où des Canadiens ont péri. La volonté du Canada de se limiter à une action purement humanitaire et non à une participation armée pourrait ne plus être aussi ferme que lors de la campagne électorale ou que lors du début du mandat des libéraux.

Alors avec ces exemples de changements de donne, il est normal que des inquiétudes surviennent au sein des victimes, qui ont vu une lueur d'espoir, et du côté de la Ville, qui voyait arriver un partenaire financier potentiel pour l'aide aux victimes. Se pourrait-il que les libéraux atténuent leur promesse d'aider les victimes de la pyrrhotite? François-Philippe Champagne assure que non.

Il faut maintenant espérer que les libéraux ne trouveront pas une défaite pour ne pas concrétiser leur promesse d'aide ou pour multiplier les atermoiements dans ce dossier.

En pareil cas, des centaines de victimes auraient sûrement le sentiment d'avoir été bernées. Et il y a un maire qui changerait de face avec son député au pouvoir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer