Sur les rails

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Verra-t-on un jour le retour d'un service de trains de passagers à Trois-Rivières? Si on se fie aux propos du président et chef de la direction de Via Rail, Yves Desjardins-Siciliano, la réponse est oui.

Mais quelque enthousiasmantes que puissent être les déclarations qu'il a faites mercredi devant la chambre de commerce trifluvienne puis en privé avec des décideurs et des élus de la région, il faut bien constater, malheureusement, qu'il y a encore loin de la coupe aux lèvres. Et que les imprécisions sont encore nombreuses dans les intentions exprimées.

Au moins on peut dire que le fait de ramener le projet sur les rails - sans mauvais jeu de mots - est une bonne nouvelle en soi. Un service ferroviaire adéquat manque cruellement à Trois-Rivières. Il n'est pas normal qu'une ville de 135 000 habitants et qu'une région métropolitaine de recensement dont la population dépasse les 150 000 habitants ne soient pas desservies par un train de passagers. 

Mais - car il y a un mais - encore faut-il que ce service soit viable.

Pour que le déplacement de Trois-Rivières vers Montréal ou Québec en train soit intéressant, il faut d'abord que le tarif ne soit pas dissuasif. On n'a pas encore entendu parler de chiffres, probablement parce que l'horizon de 2020 ou de 2025 est encore trop loin, mais pour que la population embarque - c'est le cas de le dire -, il faut que le prix du billet soit plus avantageux que le coût du trajet en voiture ou en autobus.

Qu'est-ce qui fait que le train soit populaire en Europe, par exemple? Le coût abordable et la fréquence des trajets. Il faut aussi tenir compte du développement de l'économie de partage, par laquelle des navetteurs ou des voyageurs occasionnels optent pour le covoiturage, moyennant quelques dollars pour partager les frais d'essence. Les offres et les demandes de transport affluent sur le web et sur les réseaux sociaux. Le train doit avoir un petit quelque chose de plus attrayant.

Ce «petit quelque chose», c'est peut-être le comportement de plus en plus écoresponsable des citoyens. On ne peut pas dire qu'il y a une trentaine d'années, quand le dernier train de passagers s'est arrêté à la gare trifluvienne, que toute cette question environnementale était aussi populaire dans le discours politique et dans les comportements citoyens.

À cet égard, il est assurément plus intéressant d'opter pour le train. Et il devient faux de dire que puisque ça ne marchait plus il y a trente ans, il n'y a pas de marché pour un service de trains de passagers. La donne a changé. La clientèle potentielle aussi.

Si on peut saluer le réalisme du projet esquissé mercredi par le grand patron de Via Rail, notamment en ce qui a trait au choix de la technologie - on ne parle plus d'un lien à haute vitesse mais d'un train classique selon le mode léger, rapide, confortable -, on peut par contre questionner certains choix liés à ce service. 

Via Rail veut aménager des voies réservées, afin de ne pas entrer en conflit avec celles utilisées pour le transport de marchandises et sur lesquelles une congestion toute relative pourrait ralentir les services de transport de personnes. L'idée est louable. Mais qu'on ressente alors le besoin d'installer la gare trifluvienne près de l'aéroport, ça dépasse un peu l'entendement.

Qu'on n'avance pas l'argument de l'intermodalité, puisque à part des avions qui viennent se faire peinturer à Trois-Rivières et des petits appareils de loisirs ou d'affaires, on ne peut pas dire qu'il y a un trafic aérien intense à Trois-Rivières. Qu'on n'avance pas non plus l'argument de la facilité d'accès, parce qu'avec une gare située à quinze kilomètres et autant de minutes du centre-ville, il faudrait le nec plus ultra comme service de navettes pour que ce soit intéressant... Et encore.

Il y a déjà à Trois-Rivières une gare magnifique qui ne demande pas mieux que de retrouver sa vocation d'origine. Située à un jet de pierre du centre-ville, dans un quartier qui aurait bien besoin de revitalisation.

Souhaitons que les gens de Via Rail en tiennent compte dans l'élaboration d'un plan un peu plus précis. Et un peu plus réaliste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer