Hors de l'UMQ,point de salut

Yves Lévesque... (François Gervais)

Agrandir

Yves Lévesque

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) C'est une des premières fois que Trois-Rivières paie vraiment le prix de son retrait de l'Union des municipalités du Québec. Le caucus des grandes villes de l'UMQ a tenu mercredi une conférence téléphonique pour faire le point sur l'accueil de réfugiés et initier la création d'un comité intergouvernemental sur la question.

Et même si Trois-Rivières accueillera on ne sait quand un contingent d'on ne sait combien de réfugiés, elle n'a pas été invitée à participer à cette rencontre. 

Le motif est simple: Trois-Rivières n'est plus membre de l'UMQ. C'est un choix discutable que la Ville avait fait, sur un coup de tête du maire qui ne voyait plus l'intérêt de payer sa cotisation et qui estimait que les villes n'avaient pas été bien défendues par l'organisme lors de la conclusion du pacte fiscal transitoire, à l'automne 2014. 

Et parce que la Ville n'est plus membre de l'UMQ, on n'a pas jugé bon l'inviter à discuter des enjeux concernant l'accueil de réfugiés. Des enjeux majeurs, par les temps qui courent, il va sans dire. 

Il y a quatorze villes apparemment ciblées pour accueillir des réfugiés syriens. Treize d'entre elles sont membres de l'UMQ. Mais pas Trois-Rivières.

La décision de l'organisme de ne pas inviter Trois-Rivières à prendre part aux discussions est compréhensible si on s'en tient aux règles établies. Mais elle est méprisante et un peu «bébé lala».

Le seul point qui était à l'ordre du jour de cette conférence téléphonique dépasse les champs d'intérêt de l'organisme. Il s'agit d'une question nationale, d'une situation d'urgence. Qu'un organisme rassemblant les principaux intéressés décide de prendre un certain leadership dans l'établissement d'un canal de communication avec les gouvernements pour définir les modalités de l'accueil de réfugiés, c'est tout à fait louable. Mais on aurait pu avoir la décence d'inviter la quatorzième ville concernée. 

Il est tout à fait légitime que l'UMQ souhaite, par le biais d'un comité formé de représentants des villes touchées, devenir l'interlocuteur privilégié auprès des gouvernements supérieurs. La plupart des maires s'y retrouvent déjà souvent entre eux, notamment dans les caucus d'affinités. 

L'organisme indiquait jeudi que les maires des villes désignées «veulent assurer la cohésion de cette importante opération avec les gouvernements d'Ottawa et de Québec, ainsi qu'avec la multitude d'intervenants du milieu». On a beau chercher et on ne peut pas voir pourquoi ce ne serait pas le cas aussi pour Trois-Rivières. Se pourrait-il que l'information circule de façon restreinte au sein d'un happy few devant absolument porter l'étiquette de l'UMQ? C'est fort possible. Et déplorable.

Les enjeux concernant l'accueil et l'aide aux réfugiés sont nombreux. On peut parler de financement, de structures d'accueil, de logement ou d'accompagnement, entre autres. Et ça, n'en déplaise aux autorités de l'UMQ, ce sont des questions qui touchent l'ensemble des villes désignées pour l'accueil de réfugiés.

À la rigueur, les maires des villes qui accueilleront des réfugiés auraient très bien pu ne pas passer par la courroie de l'UMQ et privilégier un regroupement ponctuel parallèle. Mais ce n'est pas ce qui s'est produit.

De son côté, le maire de Trois-Rivières, qui se dit déçu de ne pas avoir été invité et qui affirme qu'il aurait volontiers participé à cette conférence téléphonique, doit certainement se servir de cet événement pour revoir sa position quant au membership au sein de l'UMQ. Qu'une ville «boque» pendant un temps, on peut le comprendre. Mais à un moment donné, il faut passer par-dessus et plutôt voir les avantages de se retrouver au sein d'un regroupement de villes partageant de nombreux intérêts. 

Et ces temps-ci, l'intérêt supérieur de ces villes est de coordonner de façon intelligente, concertée et efficace l'accueil des réfugiés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer