Le Non d'il y a vingt ans

On a tous en tête ce soir d'octobre 1995 alors que les résultats du référendum... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) On a tous en tête ce soir d'octobre 1995 alors que les résultats du référendum sur la souveraineté du Québec tenaient la province en haleine. On a tous l'image frappante des chiffres au bas des écrans de télévision.

On garde tous un goût plus ou moins amer de cet exercice apparemment démocratique, peu importe notre allégeance. Il n'y a pas eu de triomphe. Seulement une victoire à l'arraché, que l'histoire nous a révélée plus sale que valeureuse. Mais une défaite qui aura blessé le mouvement souverainiste.

Vingt ans plus tard, l'histoire nous amène à se demander s'il s'agit d'une blessure mortelle. La défaite de 1995, au lieu de redonner de l'espoir aux souverainistes dont le rêve n'était qu'à six petits dixièmes de point de pourcentage de se concrétiser, a eu l'effet contraire. L'idée de la souveraineté, quoique encore présente dans le débat public ou dans la programme de certains partis politiques, semble avoir amorcé un lent déclin au lendemain du référendum.

Le pays auquel aspirait la moitié de la population en 1995 est avant tout une affaire de coeur, y compris pour beaucoup de partisans du Non. La volonté de relever les manches pour travailler à sa réalisation n'y est plus. Sauf pour les militants convaincus qui y croiront jusqu'à leur mort.

Ils se font de plus en plus rares ces ardents défenseurs de la souveraineté. Et curieusement, ce n'est plus sur la jeunesse québécoise que le mouvement souverainiste peut compter pour assurer son avenir. 

Une étude réalisée par CROP et publiée dans Le Devoir au cours des derniers jours révèle non seulement que l'appui à la souveraineté est sous la barre des 40 % dans toutes les tranches d'âge de la population. Mais ce qui est le plus inquiétant pour les forces souverainistes, c'est que c'est chez les 18-34 ans que l'option du Oui est à son plus bas. Après répartition des indécis de cette vaste enquête, la proportion de «jeunes» en faveur de l'indépendance du Québec est à 30 %, contre 70 % qui se disent contre. Trente pour cent, c'est huit ou neuf points de moins que chez leurs aînés, les 35-54 ans (38 %) et les 55 ans et plus (39 %).

Il y a une autre donnée qui en dit long. Si la moitié de la population ou à peu près estime que le Québec aurait la capacité d'être un pays indépendant, moins du quart croit que l'indépendance se réalisera un jour. Il y a davantage de désillusionnés que d'ardents défenseurs.

Et force est de constater que les aspirations souverainistes sont moins au goût du jour qu'il y a vingt ou trente-cinq ans. Le contexte mondial a changé. Le portrait démographique aussi. Les préoccupations des citoyens sont différentes. 

Mais de là à dire que l'idée de la souveraineté est morte et enterrée, il y a quand même une petite gêne qu'on devrait se garder. Il suffirait qu'émerge un leader rassembleur, convaincant et un tant soit peu charismatique pour convaincre certains de ces souverainistes «de coeur», dont il est question un peu plus haut, de remettre l'épaule à la roue pour donner un souffle nouveau à cette idée.

Mais des leaders rassembleurs, convaincants et charismatiques, c'est ce dont manquent cruellement nos institutions politiques depuis plusieurs décennies.

Et il faut se demander si cet éventuel nouveau souffle serait suffisant pour faire basculer les pourcentages de Oui au-delà de la barre de 50 % dans un non moins éventuel autre référendum.

Et ça, à court ou à moyen terme, c'est peu probable.

Partager

À lire aussi

  • Un référendum sous haute tension

    Actualités

    Un référendum sous haute tension

    « Acceptez-vous que le Québec devienne souverain, après avoir offert formellement au Canada un nouveau partenariat économique et politique, dans le... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer