Mettons les choses au clair

André Bertrand... (Facebook)

Agrandir

André Bertrand

Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'auteur, André Bertrand, est candidat à la mairie de Trois-Rivières.

Dans un premier temps, sachez que personne ne m'a demandé de me porter candidat à la mairie. Penser cela, c'est ne pas me connaître car jamais, au grand jamais, je n'aurais accepté.

Je me prépare à cette candidature depuis le début de 2016, moment où j'ai commencé à travailler un plan d'action. Ma famille, mon entourage et certains collègues du bureau à IDE Trois-Rivières étaient également au courant de cet état de fait. 

En décembre dernier, le conseiller Pierre-Luc Fortin et sa famille sont venus à mon domicile pour voir le beau village de Noël monté chaque année par mon épouse. Je lui ai montré mon plan d'action et je lui ai mentionné à ce moment que je voulais me présenter à la mairie. Je vous rappelle que nous étions en décembre 2016. Il m'a demandé l'autorisation d'en informer Jean-François Aubin et je la lui ai donnée. Il m'a rappelé en janvier pour savoir où j'en étais avec ma décision mais...

La vie étant ce qu'elle est, ma femme a été opérée et soignée pour un cancer du sein en 2014. Au début de l'année 2017, nous avons craint pour une récidive d'un autre type de cancer dont nous avons obtenu les résultats négatifs à la fin du mois de mai. C'est à ce moment que je me suis lancé car vous comprendrez que je ne l'aurais pas fait s'il en avait été autrement.

Personne n'aurait pu m'influencer à me présenter pas plus qu'à me désister. Je suis un homme de conviction avec plein d'idées de projets pour mes concitoyennes et concitoyens.

Je tiens à ajouter que je n'ai divulgué le courriel de madame Camirand qu'à personne d'autre que ma famille et des amis proches. L'activité dont parlent les médias et les internautes où j'ai rencontré Jean-François Aubin et Yves Lévesque a eu lieu le 26 août et j'ai reçu le courriel de madame Camirand le 30 août.

C'est monsieur Aubin lui-même qui a provoqué le fait que j'ai eu à me défendre en mentionnant que si j'avais des preuves, je n'avais qu'à les donner. J'ai donc été dans l'obligation de le faire. 

À partir d'aujourd'hui, parlons de ma campagne électorale et de mes projets.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer