Villa du Jardin fleuri: le problème n'est pas corrigible?

La Villa du jardin fleuri.... (Olivier Croteau)

Agrandir

La Villa du jardin fleuri.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Mes parents ne voulaient pas quitter leur maison mais ils ne pouvaient plus y demeurer même avec l'aide du maintien à domicile. Ils n'aiment pas être «en gang» et ils ne peuvent vivre l'un sans l'autre.

Alors nous avons trouvé la Villa du Jardin fleuri, qui répondait à leurs besoins mieux que tout autre hébergement: peu de résidents, ambiance familiale, personnel des plus sympathiques, drôle et aimant leurs protégés, chambres à proximité de la cafétéria sur le même plancher où ils ont leur table pour deux. 

Depuis presque deux ans, ils sont heureux, ensemble, dans ce nouveau «chez eux» unique et je ne suis pas sûre de trouver un hébergement équivalent dans la région.

Alors voici ma question: le problème est-il corrigible? Ou faut-il vraiment déraciner 60 personnes vulnérables?

J'ai essayé de trouver quelqu'un au CIUSSS Mauricie-Centre-du-Québec pour m'expliquer «le grand danger incorrigible» en appelant ceux qui veulent à tout prix fermer la résidence: tous ces gens qui ont supposément à coeur le bien-être de la personne âgée ou ne savent pas pourquoi (c'est pas ma job...) ou se cachent derrière la loi «qui m'empêche de vous donner ces renseignements»! 

Je suis bien consciente qu'il y a eu deux incidents malheureux et graves mais il y en arrive aussi dans les centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), les foyers publics et privés. 

Donc: le problème est-il corrigible? Sinon, expliquez-moi pourquoi!

Mes parents n'ont pas à faire les frais de décisions de bureaucrates qui veulent redorer leur image. L'argent mène le monde: si les propriétaires ne veulent pas mettre les efforts nécessaires, y a-t-il une façon de changer cela?

La solution doit être applicable à tous les «gardiens de personnes âgées», car en vieillissant, ces derniers sont sujets à errance et on ne peut pas prévoir quand ça arrive.

France Perron

Québec




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer