Du changement?

L'auteur, Pascal Bastarache, est président du Syndicat du personnel... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'auteur, Pascal Bastarache, est président du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers (CSN) au CIUSSS-MCQ. 

Depuis les dernières années, la région a connu beaucoup de changements concernant l'organisation des soins de santé et des services sociaux; plusieurs établissements ont fusionné en Centre de santé et de services sociaux (CSSS), et avant même que ces fusions ne soient complétées adéquatement, ces mêmes entités ont fusionné à nouveau en un seul CIUSSS. Beaucoup de changements et de bouleversements dans notre système de santé, et il y a des gens qui en paient le prix et le prix fort. 

Évidemment, les patients, ceux qui reçoivent ces soins de santé, mais cette restructuration supposément «administrative» a aussi de grandes répercussions sur le terrain, sur les travailleurs, sur ces milliers de travailleurs de la santé qui sont maintenant au bout du rouleau.

Ces travailleuses et travailleurs qui consacrent leur vie à soigner, sécuriser, aider, encadrer, rassurer, croulent sous la surcharge de travail, sous le temps supplémentaire et le temps supplémentaire obligatoire, et cela au travers des voies de fait et des agressions par des patients troublés, en plus des congés refusés, etc.

Ajoutons à cela le stress supplémentaire (dû au manque de personnel que ces conditions de travail font fuir) pour les travailleurs de la santé qui doivent vivre avec le fait de ne pas savoir s'ils pourront quitter à la fin de leur quart de travail pour aller chercher leurs enfants à la garderie. 

Et les congés... pour reprendre son souffle, refaire ses forces, pour donner son 100 % auprès des personnes en situation de vulnérabilité, les demandes de congé sont en très grande partie refusées.

Ce stress, ces pressions de toutes sortes, font partie du quotidien de ces hommes et ces femmes qui travaillent au service des autres. Et cela se passe chez nous en Mauricie et au Centre-du-Québec. 

Il faudra agir avant que tout cela n'explose, avant qu'il n'y ait plus personne pour prendre soin de nos enfants, de nos malades, de nos parents, de nos grands-parents ou de nous-mêmes.

Heureusement, les négociations locales arrivent bientôt, dans quelques mois. Celles-ci offriront la possibilité de changer les choses. Il faudra être inventifs. Il faudra trouver des solutions pour rendre le climat de travail plus humain, pour des humains qui se consacrent au mieux-être d'autres humains. 

Il faudra aussi l'appui de la population. Elle devra à son tour soutenir ceux et celles qui la soutiennent lorsque la santé défaille ou lorsqu'une épreuve frappe ou que le poids des années se fait cruellement sentir.

Ces travailleurs auront besoin de vous! Ces travailleurs comptent sur vous, sur votre soutien, tout comme vous comptez sur eux dans les jours difficiles.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer