Signalisation et toponymie: deux dossiers distincts

Le maire de Shawinigan, Michel Angers.... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Le maire de Shawinigan, Michel Angers.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'auteur, Michel Angers, est maire de Shawinigan. Il réagit ici à la lettre de Robert Deschamps intitulée «Le double discours du maire Angers», publiée dans notre édition du 25 juillet.

L'harmonisation des adresses postales n'a pas amené à la disparition des secteurs, bien au contraire. En plus d'améliorer le repérage et la sécurité sur l'ensemble de son territoire - comme ce fut le cas dans plus de 40 villes fusionnées au Québec - la Ville de Shawinigan a inscrit dans sa toponymie tous les secteurs, voire même le coeur villageois de Sainte-Flore, en nommant la principale artère qui les traversent au nom de l'ancienne municipalité: le boulevard de Shawinigan-Sud, le chemin de Saint-Gérard, le chemin de Sainte-Flore, le chemin de Saint- Jean-des-Piles, l'avenue de Grand-Mère, l'avenue de Saint-Georges et la route de Lac-à-la- Tortue.

De plus, toutes les affiches d'entrées de secteur sont demeurées en place et un projet pilote de signalisation touristique des coeurs villageois a même été démarré avec celui de Sainte-Flore. Peu de municipalités au Québec en ont fait autant pour préserver l'identité de leurs secteurs d'origine.

L'harmonisation était nécessaire, et ce, depuis les fusions municipales en 2002. Rappelons-nous que 46 % des 790 noms de rue sur notre territoire étaient problématiques, causés par des doublons ou des discontinuités.

Maintenant, revenons à la question des noms de secteurs sur les panneaux d'autoroute.

Ce dossier n'a rien à voir avec la toponymie ou l'harmonisation des adresses. La signalisation sur les autoroutes répond à des normes ministérielles bien précises. D'ailleurs, le conseil municipal a toujours été d'accord avec le maintien des noms de secteur sur les panneaux d'autoroute. À cet effet, des résolutions ont été déposées en 2002 et en 2009, sans succès.

Si le conseil s'apprête à déposer en août prochain une nouvelle demande auprès du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, c'est parce qu'il souhaite réitérer son accord historique avec ce principe et qu'il est sensible à la demande de plus de 650 citoyens du secteur Saint-Jean-des-Piles.

D'ailleurs, sur le territoire de Bécancour, la signalisation tient compte de la présence des secteurs et noyaux villageois pour Sainte-Angèle, Bécancour, Saint-Grégoire et Précieux-Sang. Tout cela, sur l'autoroute de l'Énergie, qui traverse aussi Shawinigan! 

C'est rien de moins qu'un traitement équitable que demande le conseil au ministère. En espérant que, cette fois, notre demande sera entendue.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer