Ne tuons pas la beauté du monde

Le Cirque du Soleil présente son spectacle Stone... (Olivier Croteau)

Agrandir

Le Cirque du Soleil présente son spectacle Stone - Hommage à Plamondon à l'Amphithéâtre Cogeco jusqu'au 19 août.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En réaction à la lettre de Mme Odette Gagnon intitulée «Faire rire de nous autres, c'est fini!», publiée le 7 juillet dernier.

«D'une renversante beauté», écrit la journaliste Paule Vermot-Desroches au sujet du spectacle Stone, l'hommage à Plamondon par le Cirque du Soleil. «Un spectacle tout en poésie et en délicatesse.» 

Pourquoi tenter de démolir ce qui peut être magnifique et d'éteindre les réalisations que des gens de partout viennent admirer dans notre ville? 

C'est sidérant de vous voir comparer les merveilleuses prestations du Cirque du Soleil à celles d'élèves de cinquième secondaire. Il est à souhaiter que les élèves auxquels vous faites référence dans votre lettre puissent poursuivre et réaliser leurs rêves quand ils auront admiré les hautes voltiges des artistes du Cirque du Soleil.

«Une ville sans image est une ville sans mémoire et sans imaginaire, condamnée à mourir», écrivait Olivier Wever dans L'enchantement du monde. 

Il fallait qu'Yves Lévesque, maire de Trois-Rivières, ait de la vision pour mener l'évolution de la ville et la conduire là où elle est rendue en faisant en sorte que, sur un site unique, un amphithéâtre soit construit et donne une image de marque déjà bien reconnue à notre ville et notre région.

Sans l'Amphithéâtre Cogeco, nous n'aurions pu admirer le spectacle Stone, l'univers des chansons de ce grand parolier québécois et international qu'est Luc Plamondon, illustré par le Cirque du Soleil. Quelle vision ce grand poète manifeste dans les textes de ses chansons et en particulier dans L'hymne à la beauté du monde, où revient inlassablement le «Ne tuons pas la beauté du monde» que le Cirque du Soleil fait interpréter par les spectateurs à la fin de la représentation. Le message de ce spectacle nous fait réaliser en particulier que la beauté du monde commence chez nous avant de se prolonger plus loin et qu'il est important de ne pas défaire ce qui est beau à tort et à travers.

Alors, restreignez vos frustrations et comme le dit si bien Luc Plamondon: «Ne tuons pas la beauté du monde», lire ici: ne tirez pas sur ce qui fonctionne très bien et est admiré par tous.

France Pagé

Trois-Rivières




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer