Est-ce vraiment cela, contribuer à la protection de l'intérêt public?

Le vice-président de la CSN, Jean Lacharité.... (Photo Archives Le Droit)

Agrandir

Le vice-président de la CSN, Jean Lacharité.

Photo Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Il y a quelques jours, le vice-président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), M. Jean Lacharité, y allait d'une lettre ouverte dans les médias pour tenter, sans la moindre subtilité, d'utiliser l'arme de l'intimidation contre l'entreprise Buanderie Blanchelle dans le dossier du projet de mégabuanderie publique de Lavérendière.

Des propos inacceptables ont été tenus et doivent être dénoncés. En effet, le texte de la CSN comprenait des faussetés et des passages à la limite de la diffamation. On peut y lire notamment les termes «influence malsaine». Tenir de tels propos de nos jours résulte d'une mécompréhension totale de la façon dont fonctionne une démocratie. En effet, dans notre modèle politique et sociétal, il est parfaitement légitime de transmettre des informations permettant au gouvernement de prendre des décisions en toute connaissance de cause. C'est même à la limite du devoir civique puisqu'il est impossible pour le gouvernement de prendre une décision éclairée sans la participation de la société, et cela inclut les entreprises.

D'ailleurs, la CSN ne s'en gêne pas, elle a elle-même trois lobbyistes inscrits au registre public. Et c'est parfaitement légitime puisque c'est fait selon les modalités de nos lois, en toute transparence. Gouverner pour l'intérêt public, c'est justement s'ouvrir à la discussion et la participation des acteurs concernés et cela, dans tous les domaines. Pour bien comprendre le contexte, rappelons que le projet de mégabuanderie en question, promu par l'ancien gouvernement, implique des investissements publics de plus de 20 millions de dollars et la récupération de volumes d'opérations actuellement réalisées par des fournisseurs privés. Les enjeux en cause sont le coût et la qualité des services de buanderie offerts aux établissements de santé de Lanaudière et des Laurentides.

De notre côté, ce que nous offrons, c'est de rendre des services de meilleure qualité, à un meilleur prix et sans aucun besoin d'investissement public. À l'appui d'une évaluation neutre et rigoureuse des options disponibles pour les contribuables, nous avons fourni au gouvernement un rapport d'experts indépendants, de la firme PricewaterhouseCoopers, sur le futur des services de buanderie dans le réseau de la santé dans la région.

La CSN ne semble pas accorder une juste valeur aux données objectives et semble souhaiter uniquement qu'une décision soit prise rapidement, en faveur de ses biais idéologiques, peu importe le coût en millions de dollars pour les contribuables. Par ailleurs, il est particulièrement inquiétant de voir cette centrale syndicale militer aussi activement pour mettre en péril des emplois de qualité dans la MRC de L'Assomption.

Pierre Ferron

Président de Buanderie Blanchelle 




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer