Pourquoi pas une gare au Cap?

Dans la foulée des discussions entourant l'établissement possible... (La Presse)

Agrandir

Dans la foulée des discussions entourant l'établissement possible d'un lien ferroviaire à haute fréquence entre Montréal et Québec, avec un arrêt à Trois-Rivières, l'auteur de cette lettre estime qu'il serait intéressant d'envisager l'implantation d'une gare dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

La semaine dernière, nous apprenions que Trois-Rivières avait conclu une entente avec Drummondville pour revendiquer auprès des autorités compétentes qu'un éventuel train à grande fréquence puisse emprunter le tracé ferroviaire de la rive nord. C'est bien, car la Mauricie attend le retour de ce mode de transport depuis trop longtemps.

Cependant, après avoir pris connaissance, lu et entendu les commentaires de nos intervenants locaux, je constate encore une fois que lorsqu'il s'agit de parler de développement innovateur ou d'investissement à caractère public dans des solutions du futur, ces mêmes intervenants, notre maire en premier, réagissent toujours avec la même pensée primaire: secteur Trois-Rivières-Ouest (pas vraiment une surprise!), le District 55 ou au mieux, le secteur Centre.

Je n'ai pas entendu un seul élu mentionner publiquement la possibilité que la gare projetée puisse être implantée dans le secteur Cap-de-la-Madeleine. D'autant plus que, élections obligent, plusieurs conseillers municipaux et prétendants conseillers de ce secteur s'égosillent depuis quelque temps contre l'appauvrissement commercial et industriel qui s'acharne sur la cité mariale.

Grosse déception: aucun d'entre eux n'a, à ma connaissance, récupéré cette annonce d'investissement pour en faire un dossier prioritaire. Il y a ici une occasion de se démarquer et de se mettre à l'avant-plan. Manque d'envergure, de vision, d'opportunisme!

Faut-il rappeler à ces élus et intervenants socio-économiques que la même voie ferrée passe aussi à l'est de la rivière Saint-Maurice, qu'il y a probablement assez de terrain disponible pour construire un tel équipement ainsi qu'un stationnement incitatif. Et que la voie ferrée actuelle est à proximité des principaux axes de circulation y compris l'autoroute 40.

L'implantation de gares en milieu urbain, près d'un centre-ville, était nécessaire à une autre époque où les moyens de transport intra-urbain étaient peu développés. Ce qui n'est plus le cas de nos jours. Et pour ceux qui ont utilisé de tels services ferroviaires un peu partout ailleurs, ils ont pu constater qu'il n'est pas nécessaire d'ériger une bâtisse rivalisant avec les gares monumentales d'autrefois. Juste à regarder les installations du train de l'Est à Montréal pour constater qu'on parle de bâtiments dont l'emprise au sol est minimale.

En dernier lieu, banlieue pour banlieue, je voudrais qu'on m'explique l'avantage concurrentiel de Trois-Rivières-Ouest par rapport au Cap. Certainement pas la distance à partir du centre-ville (ou de la mairie). Et de toute façon, la superficie urbaine de Trois-Rivières ne représente pas vraiment un facteur significatif qui devrait privilégier un secteur au détriment d'un autre.

Je crois qu'il y a assez d'éléments objectifs dans la position géographique du secteur Cap pour ce nouveau service ferroviaire. Je demande à nos élus de s'engager formellement à ce que la candidature d'un site situé dans le secteur Cap soit considérée pour l'implantation d'une gare ou toute autre installation pouvant desservir éventuellement les passagers qui utiliseront le train à grande fréquence.

Yves Bouchard

Secteur Cap-de-la-Madeleine

Trois-Rivières




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer