Shawinigan et ses avocats: un manque de respect pour les citoyens

Le maire a bien mentionné dans les journaux...

Agrandir

Le maire a bien mentionné dans les journaux locaux, Le Nouvelliste et L'hebdo du Saint-Maurice, que les citoyens seraient indemnisés pour ces dommages collatéraux, affirme l'auteure de cette lettre.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En réaction à la lettre d'Hélène Bellemare intitulée «Tuer une mouche avec un marteau», publiée dans notre édition du mercredi 21 juin.

Voici une autre expérience vécue par des payeurs de taxes surtaxés parce que demeurant sur le bord de l'eau avec la Ville de Shawinigan.

Hydro-Québec avise la Ville de Shawinigan le 2 novembre et le 19 novembre 2016 qu'elle doit baisser l'eau de la rivière Saint-Maurice vers le 27 novembre 2016 pour cause de vérification et réparation du barrage.

Plusieurs riverains utilisent l'eau de la rivière en la filtrant pour usage domestique, un fait approuvé par la Ville de Shawinigan. 

Or, celle-ci a oublié d'aviser les citoyens concernés.

À la suite de la baisse du niveau de l'eau, les pompes électriques et les tuyaux des citoyens ont été endommagés, durant quatre jours. 

Les citoyens ont dû évacuer leur maison ou essayer de dégeler les tuyaux a une température de -11 degrés Celsius la nuit et de -8 degrés Celsius en journée.

Le maire a bien mentionné dans les journaux locaux, Le Nouvelliste et L'hebdo du Saint-Maurice, que les citoyens seraient indemnisés pour ces dommages collatéraux.

Selon la Ville, Hydro était responsable. Et selon Hydro, la Ville était responsable.

Finalement, après preuve écrite à l'appui, la Ville de Shawinigan devait informer ses citoyens du risque potentiel.

Mais lorsque nous avons envoyé les demandes d'indemnisation à la Ville, nous avons eu droit à la panoplie d'avocats et du rejet de la demande parce que les délais étaient trop longs. 

Ces délais, faut-il le préciser, étaient dus à l'attente des réponses de la Ville, pour cause de vacances, maladies et délais pour vérification de dossier.

La même réponse à laquelle a eu droit Mme Hélène Bellemare de Grand-Mère, qui a raconté son histoire dans ces pages il y a quelques jours.

Une étude des frais d'avocat versus les demandes d'indemnisations des citoyens brimés par des dommages causés par la Ville s'impose.

Nos taxes servent-elles à faire vivre le cabinet d'avocats de la Ville de Shawinigan en se servant des citoyens payeurs comme des bêtes à abattre lorsqu'ils sont brimés dans leurs droits?

Toutes les preuves de l'énoncé ci-dessus sont gardées en filière.

Gisèle Thiffault

Shawinigan




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer