Des idées pour le bas du Cap

L'auteur de cette lettre, candidat aux prochaines élections... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'auteur de cette lettre, candidat aux prochaines élections municipales, énonce ses idées pour relancer le secteur du bas du Cap.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Le bas du Cap est, depuis quelques jours, une source de préoccupation. Signe évident que la campagne électorale est amorcée à Trois-Rivières.

Je suis parfaitement conscient qu'il faut faire revivre le bas du Cap, mais avant de parler de revitalisation et de mobilisation, il faut connaître les raisons qui ont incité certains commerçants à quitter ces artères commerciales qu'étaient la rue Fusey et le boulevard Sainte-Madeleine.

À mon avis, il faut surtout penser aux commerces de proximité pour l'est de la ville, car les dirigeants des grandes surfaces ont depuis longtemps favorisé l'implantation de leurs entreprises près des grands axes routiers.

La revitalisation du bas du Cap doit d'abord passer par le règlement du dossier de l'ancienne usine Aleris. Il faut, dans les plus brefs délais, procéder au démantèlement de cette bâtisse et à la décontamination du terrain. Ce dossier sera un enjeu important lors de la prochaine campagne. Le terrain est situé dans le district de La Madeleine, mais avec le redécoupage de la carte électorale, il sera aussi voisin du district des Estacades.

Le terrain est assez vaste pour favoriser un projet de développement domiciliaire. Il y a une école primaire à proximité et l'Académie les Estacades est située pas très loin. Il y a aussi une épicerie très proche et tous les services pouvant attirer les gens à s'y établir. L'arrivée des nouveaux résidents pourrait contribuer à cette revitalisation tant souhaitée.

Cette revitalisation passe aussi par le maintien des services au centre Cloutier-du Rivage. Si nos élus se sont prononcés déjà sur le sujet, certains l'ont fait sans grande conviction. Il faudrait sans doute parler plus fort et s'assurer que le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Gaétan Barrette, fasse aller ses bottines avec ses babines et qu'enfin on règle ce dossier une fois pour toutes.

La revitalisation du secteur est de la ville de Trois-Rivières passe aussi par la mise à niveau de l'aréna Jean-Guy-Talbot. Le projet de l'homme d'affaires Yves Tremblay mérite qu'on s'y attarde sérieusement. Et pourquoi ne pas en faire un partenariat privé-public? Le coût qu'exigerait cette mise à niveau ne doit pas être un obstacle, car il est possible d'obtenir des subventions du gouvernement du Québec pour un tel projet.

Comme je le disais un peu plus haut, encore faut-il avoir des solutions afin de revitaliser et dynamiser le secteur est de la ville de Trois-Rivières.

La semaine dernière, dans ces mêmes pages, une concitoyenne du district Les Estacades, madame Line Genest, proposait de transformer le Canadian Tire de la rue Fusey en marché public. L'idée est très intéressante, mais il faudrait y associer d'autres projets car la bâtisse est sûrement trop grande pour y loger un marché public.

Quand on développe l'aspect commercial d'un district ou d'un secteur de la ville, on crée aussi une situation troublante, soit celui de la circulation automobile sur ces artères commerciales. C'est le cas sur les rues Barkoff et Vachon. C'est une situation qu'il faudra corriger et j'aurai une suggestion à faire en temps opportun.

Sur ces mêmes artères, il y a des édifices commerciaux qui sont présentement inoccupés. Aussi, avant de penser à ouvrir des commerces ailleurs, il faudrait penser à établir d'autres entreprises dans ces édifices déserts.

Je voudrais terminer sur un autre aspect qui pourrait aider à revitaliser et à dynamiser le secteur est de la ville. Le déplacement au centre-ville des événements culturels et autres manifestations populaires depuis quelques années a contribué à mettre fin aux activités du Festival des amuseurs publics.

Je pense qu'il faut travailler à relancer une manifestation de la même envergure afin de contribuer au développement, à la revitalisation et à la dynamisation du secteur est de la Ville de Trois-Rivières.

À titre de candidat au poste de conseiller, je m'engage à m'investir pleinement dans ces projets ainsi que dans ceux qui seront proposés par les intervenants de tous les districts de l'est de la ville, à les défendre et à travailler en symbiose avec les conseillers élus des autres districts de l'est de la ville.

Robert Martin

Candidat au poste de conseiller

District des Estacades




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer