Le mutisme des conseillers de l'est

Traverser le pont Duplessis et emprunter les rues... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Traverser le pont Duplessis et emprunter les rues Fusey, Saint-Laurent et Sainte-Madeleine, c'est comme s'engager sur un nouveau circuit touristique qui pourrait s'appeler «Venez visiter nos ruines», selon l'auteure de cette lettre.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Mon mari et moi avons vécu notre enfance dans ce qu'on appelle «le bas du Cap». Même si nous vivons dans le secteur les Estacades, nous aimons y retourner, notamment pour encourager quelques commerçants.

C'est drôle comme à quelques mois des élections, des conseillers municipaux s'intéressent soudainement aux problèmes du bas du Cap. Des problèmes qui se sont accentués depuis la fusion de la nouvelle ville de Trois-Rivières.

Depuis cette période, les élus de l'est de la ville sont demeurés très silencieux sur les orientations que pourrait prendre ce secteur de la ville. On a abandonné le programme de revitalisation «Rues principales».

Par la suite, les conseillers de l'ancienne ville de Cap-de-la-Madeleine ne se sont guère indignés devant la disparition de l'ancien Festival des amuseurs publics qui avait pourtant un créneau unique au Québec. On a préféré encourager, à coup de dizaines de milliers de dollars, les événements de l'autre côté de la rivière.

Jamais un conseiller municipal n'a déclaré publiquement qu'il faudrait une consultation des citoyens et intervenants du milieu sur l'avenir des terrains de la défunte usine Aleris.

On a préféré créer un nouveau circuit touristique: «Venez visiter nos ruines». Un circuit touristique qui mène au Sanctuaire national Notre-Dame-du-Cap, l'endroit le plus fréquenté en Mauricie.

Il y a le long du parcours: évidemment Aleris fermée depuis neuf ans et l'ancienne église Sainte-Marie-Madeleine. Dans l'ancienne ville de Trois-Rivières on s'est dépêché à faire démolir l'ancienne église Saint-Philippe, mais qu'en est-il de l'église Sainte-Madeleine fermée depuis 2012?

Et que dire de l'ancien hôpital Cloutier qu'on fait mourir petit à petit depuis des années? C'était le seul hôpital dans le comté de Champlain. Ni le maire Yves Lévesque, ni les conseillers municipaux de l'est de la ville ne sont montés aux barricades.

Encore là, on préfère qu'il y ait de gros engorgements à l'urgence du gros hôpital à l'ouest de la rivière Saint-Maurice.

Et dans environ un an, s'ajoutera le Canadian Tire de la rue Fusey. Un site exceptionnel en bordure du pont Duplessis et de la rivière Saint-Maurice.

Des conseillers municipaux parlent depuis un certain temps, à quelques mois des élections municipales, de convertir des locaux commerciaux vacants en logements. Il ne faudrait pas que ça devienne la norme.

Pourquoi le Canadian Tire ne serait-il pas transformé en marché public? Ce site est dans la circonscription de Champlain où oeuvrent des centaines de producteurs agricoles. Bien sûr, ce n'est pas au centre-ville... pas plus que le marché Jean-Talon de Montréal ou celui de Québec ne le sont!

Line Genest

Secteur Cap-de-la-Madeleine

Trois-Rivières




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer