Pyrrhotite et inondations: quelques comparaisons

On estime à plus de 5000 le nombre... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

On estime à plus de 5000 le nombre de résidences touchées par la pyrrhotite, et ce, seulement en Mauricie.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En complément à la lettre de Christiane Bacon intitulée: «Inondations versus pyrrhotite», publiée dans Le Nouvelliste du samedi 20 mai dernier.

Avertissement aux lecteurs: dans mon opinion je ne veux en rien diminuer le désastre réel vécu par les sinistrés des inondations, je veux simplement mettre l'emphase sur la réaction de toute la classe politique, tous paliers confondus.

Inondations 2017. Environ 4500 maisons touchées dans tout le Québec, un peu moins de 500 en Mauricie.

Pyrrhotite depuis 1994. On estime à plus de 5000 le nombre de résidences touchées, et ce, seulement en Mauricie. 

Personnes décédées suite aux inondations: deux connues, en Gaspésie. En Mauricie on dénombre plusieurs suicides, dépressions majeures, divorces, faillites personnelles et maladies graves causées par le stress vécu dans ce désastre sans précédent qu'est la pyrrhotite. 

Temps de réaction de la classe politique pour les inondations: quelques jours seulement, soit une subvention de 90 % des frais encourus avec un maximum de 200 000 $, et si vous optez pour vous relocaliser, un montant de 50 000 $ additionnel pour couvrir l'achat d'un terrain, ce qui, selon les estimations du ministre Coiteux, se chiffrera à plus de 350 millions de dollars.

Pour la pyrrhotite, si ma mémoire est bonne, le premier 15 millions $ est apparu sous le court règne de Mme Marois suivi d'un autre 20 millions par le gouvernement libéral actuel sous forme de prêt sans intérêt sous le principe de 75 % des frais encourus, maximum 75 000 $ pour un grand total de 35 millions $ par le gouvernement provincial.

Le coût moyen des travaux de réfection des fondations est de 175 000 $ par domicile et cela, seulement pour redonner la valeur marchande à la propriété. 

Nous avons tous vu à la télévision tout notre gratin politique se gargariser en bottes de pêche devant les caméras et cela pour la cause. Quelle cause déjà? Inondations 2017 ou élections 2018? Je vous laisse le soin d'en juger par vous-mêmes. 

Oh j'oubliais que M. Trudeau est venu aussi se gargariser avec M. Champagne devant une maison atteinte du cancer de la pyrrhotite, mais n'était-ce pas en pleine campagne électorale? Mais il faut admettre que le gouvernement fédéral lui aussi a ouvert grand ses coffres avec 10 millions $ par année pour trois années et toujours sous forme de prêt remboursable... 

Je me demande combien de centaines de millions de dollars coûtera l'intervention des militaires. On comprend vite que la motivation première de nos politiciens ce n'est pas nécessairement la compassion envers la misère des gens mais plutôt de savants calculs, des stratégies politiques. 

On sait tous très bien que le désastre de la pyrrhotite n'a pas fait la une des grands médias de la planète comme l'ont fait Lac-Mégantic et les inondations dites historiques de 2017 au Québec. Alors le calcul est simple: on met le paquet dans ce qui a le plus de chances de nous apporter des votes. 

J'aurais bien aimé que nos politiciens locaux en fassent autant pour nous; j'espère donc que les Mauriciens et les Mauriciennes s'en souviendront en 2018.

Michel G. Cyrenne

Sinistré de la pyrrhotite

Trois-Rivières




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer