Shawinigan endosse l'anarchie

L'hôtel de ville de Shawinigan... (Sylvain Mayer)

Agrandir

L'hôtel de ville de Shawinigan

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Le 27 avril, j'ai été très étonné de la réponse d'un directeur de service à la Ville de Shawinigan quand j'ai appelé pour porter plainte verbalement pour des travaux illégaux dans la zone agricole.

On a refusé ma plainte verbale et on m'a dit d'envoyer ça par courriel.

Pourtant, la loi est claire: tout citoyen peut faire une plainte verbale. Probablement que cette loi existe pour donner l'opportunité aux personnes qui n'ont pas ou peu d'instruction ou d'ordinateur de faire valoir leurs droits.

De plus, le représentant de la Ville ose me dire qu'il n'a pas juste ça à faire, qu'il n'a pas de budget pour ça et qu'il n'a pas le personnel nécessaire.

Heureusement, la Ville a mis son système téléphonique sur enregistrement, ce qui a forcé la haute direction à rectifier la situation quand je leur ai dit de quelle manière on traitait les citoyens.

Cependant, j'ai compris que la Ville appliquait la loi de façon différente d'une personne à une autre et que même les élus participaient à ces illégalités, privant certaines personnes de leurs droits.

Maintenant, j'ai compris que pour faire des travaux à Shawinigan, il vaut mieux les faire en secret et de vivre de façon anarchique.

Yves Gélinas

Shawinigan




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer