Dire non à l'information, c'est inacceptable!

L'auteure ne s'attendait pas à ce que 1469... (François Gervais)

Agrandir

L'auteure ne s'attendait pas à ce que 1469 citoyens se déplacent pour signer le registre.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Lettre ouverte au maire Yves Lévesque.

Monsieur le maire, dire non à l'information, c'est inacceptable!

Il y a quelques jours, nous apprenions que 1469 citoyens s'étaient déplacés pour signer le registre demandant à ce que la population soit consultée sur l'emprunt de 53,1 M$ que la Ville de Trois-Rivières s'apprête à faire pour la construction du Colisée. Malgré que le nombre requis de signatures n'ait pas été atteint, ce résultat demeure significatif compte tenu des contraintes et irritants auxquels les citoyens voulant signer le registre ont dû faire face, tel que mentionné à plusieurs reprises dans la section Opinions du Nouvelliste au cours de la semaine dernière. D'ailleurs, Martin Francoeur, éditorialiste au Nouvelliste, s'est dit lui-même surpris du résultat et en a fait une excellente analyse lors de son passage à l'émission Facteur matinal du 28 avril dernier. Il y mentionnait entre autres les différentes motivations que pouvaient avoir les gens en allant signer, les lacunes de la procédure ainsi que le manque d'information sur le projet.

Je fus, comme M. Francoeur, aussi surprise du nombre de citoyens qui ont pris la peine d'aller signer le registre dans des conditions ni facilitantes ni invitantes, voire décourageantes. Peut-être était-ce le but recherché: éviter la foule à l'hôtel de ville? Reste que je ne m'attendais pas à un aussi grand nombre de signatures.

Nous aurions espéré retrouver l'information sur la tenue du registre et sur le projet du Colisée à même le site web de la Ville. Mais il n'en fut rien! Pire encore, aucun conseiller municipal ne s'est donné la peine de diffuser l'information à leurs concitoyens, à l'exception de M. Jean-François Aubin, qui lui, a eu le courage de publier l'information sur Facebook. Ce silence est-il dû à la peur de représailles ou est-ce tout simplement par manque à leur responsabilité d'élus? Que ce soit l'une ou l'autre de ces deux raisons, cela envoie un très mauvais message pour la démocratie. 

Sachez, Monsieur le maire, que je suis allée signer ce registre. Non pas parce que je suis contre le Colisée, mais plutôt parce que je questionne la façon de faire de nos élus pour nous informer et nous consulter lorsqu'il y a de tels projets. Il y a un manque flagrant d'information et de transparence sur ce que nous voulons faire de notre ville. Nous, citoyens, contribuables, payeurs de taxes, avons besoin d'information et souhaitons être davantage impliqués dans la prise de décision nous concernant, puisqu'au final, c'est notre argent qui sert à financer ces projets. Vous devriez, M. Lévesque, avoir comme premier réflexe de nous consulter sur nos besoins réels avant de prendre vos décisions.

Avons-nous besoin de plus de places ou plus de glaces? À Saint-Hyacinthe, la population a son complexe sportif de trois glaces pour 15 M$. Pourquoi à Trois-Rivières nous avons décidé d'avoir un 5000 places au coût de 53,1 M$? Avons-nous consulté la population sur leurs besoins réels? J'ai posé la question à mon entourage, des sportifs, des parents dont les enfants jouent au hockey, et on me répond sans hésitation: «on veut de la glace!». Que ferez-vous avec l'aréna Jean-Guy-Talbot dans deux ou trois ans? Le démolir? La population va donc finir par perdre des glaces.

Dans Le Devoir du 29 avril dernier, le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, Martin Coiteux mentionne ceci: «Nous souhaitons que les municipalités se dotent de normes d'excellence en matière de consultations citoyennes et nous allons y veiller.» À la lumière de notre expérience avec le Colisée, permettez-moi de douter que nous serons un modèle d'excellence en matière de consultations citoyennes. Refuser de nous informer sur le projet du Colisée est inacceptable M. le maire!

Peu importe que l'on soit pour ou contre, ce que nous vous demandons est de tenir une assemblée publique afin de mieux nous informer sur votre vision du Colisée, des coûts totaux que vous prévoyez, et des moyens que vous prendrez pour rentabiliser le Colisée. Est-ce utopique de penser qu'un jour, nous pourrions obtenir un retour sur notre investissement? Nous avons des questions et nous apprécierions obtenir des réponses. Si je peux me permettre Monsieur le maire, tenir ce type de rencontre et consulter en amont de la prise de décision est une formule gagnante pour une démocratie participative. 

Joan Hamel

Trois-Rivières




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer