Démocratie participative ou consultation bidon?

Le projet de colisée à Trois-Rivières au District... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le projet de colisée à Trois-Rivières au District 55.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

La consultation publique concoctée au conseil de ville de Trois-Rivières, sous forme d'un registre à signer permettrait aux Trifluviens d'exiger un référendum pour le règlement d'emprunt de 53,1 millions $ approuvé par le conseil pour le projet d'un nouveau colisée au District 55.

consultation s'avérera-t-elle n'être qu'une mascarade plutôt qu'une démarche de «démocratie participative» de la part de nos élus ?

Nombre minimal de signatures requis: 2100. Lieu: greffe de l'hôtel de ville. Dates: 24, 25, 26 et 27 avril, quatre jours «ouvrables». 

Il faut reconnaître le fait que les gens vivant en périphérie peuvent éprouver des difficultés pour aller signer et ne se déplaceront peut-être pas jusqu'au centre-ville, au risque de recevoir un billet de stationnement, pour exprimer qu'ils refusent de payer pour les loisirs des visiteurs-spectateurs de hockey et qu'ils préfèrent profiter d'une patinoire de proximité dans leur propre district. 

Pour tenter de se rapprocher progressivement de cette «démocratie participative» souhaitable, il est impératif de favoriser le maximum de participation, tel que le maire le souhaiterait (?).

Donc, en autant que la Loi des cités et villes le permette, le conseil municipal aurait dû décréter les conditions suivantes: modifier le calendrier et l'horaire pour que cela se passe au moins en partie le week-end plutôt que durant les périodes de travail pour la majorité des contribuables; déterminer des lieux de signatures dans plusieurs districts. Cela devrait être le cas pour chaque tenue de registre pour les projets d'envergure.

Malheureusement, dans les circonstances actuelles, l'exercice deviendra une autre bidonnerie que les Trifluviens ne méritent pas. 

La dernière nouvelle sur la non-viabilité d'une équipe de hockey locale ou régionale, en référence à la mise en vente du club Le Blizzard, devrait inciter le plus de contribuables possible - au moins 2100 - à aller signer le registre pour clamer haut et fort, et faire comprendre à nos élus, que nous sommes bien tannés de payer pour les autres et pour des projets non rentables. 

Philippe Giroul

Trois-Rivières




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer