À propos du libre arbitre

Le libre arbitre est défini comme étant «la faculté de se déterminer (à faire,... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Le libre arbitre est défini comme étant «la faculté de se déterminer (à faire, à agir, etc.) par la seule volonté, hors de toute sollicitation extérieure».

La sollicitation peut être physique et/ou psychique. Seul le côté psychique est traité ici.

Les tenants du libre arbitre en parlent comme si c'était une espèce de bidule qu'ils auraient en eux, qui fonctionnerait sur demande, qui se suffirait à lui-même, et qui ne serait pas influencé par le tapage psychique autour de lui! Ils ne «voient» que le côté physique de l'action. Ils oublient le processus mental qui précède et détermine l'action.

L'humain n'est pas cause première de ce qu'il EST, il ne se fait pas lui-même! Pour reprendre le philosophe Nietzsche (1844-1900): «...il ne s'empoigne pas lui-même aux cheveux dans l'espoir de se tirer d'un néant marécageux pour se hisser jusqu'à l'existence» (Par-delà le bien et le mal). Il doit passer par l'ovule et le spermatozoïde, avec les conséquences qui en découlent.

En venant au monde, le cerveau du petit humain est l'équivalent d'une boîte vide qui attend d'être remplie par les autres. Les autres sont tous ceux qui agiront dans l'environnement du petit humain: son noyau familial, son milieu éducatif, son milieu social, son milieu national, etc. Physiquement, il hérite de ses parents.

Quel sera son «moi», sa personnalité propre? Quels seront son caractère et son comportement habituel?

On voit que l'humain est le résultat de ce que les AUTRES font de lui! Il ne choisit pas ce qu'il EST mais, il agit en fonction de ce qu'il EST!

Pourquoi, dans une situation quelconque, deux individus agissent, possiblement, d'une façon différente? La réponse se trouve dans leur «EST»!

Un humain agit selon ce qu'il EST, il n'a pas choisi d'être ce qu'il EST et il ne peut être tenu responsable moralement de ce qu'il FAIT!

Ceci n'implique pas un free-for-all, car la société est en droit de se protéger de certains individus qui, tout en étant non responsables moralement, le sont physiquement!

Guy Turcotte a tué ses deux enfants. Il a la responsabilité physique de ce qu'il a fait mais, et ne poussez pas les hauts cris, il n'est pas responsable moralement.

Pour que Turcotte agisse autrement, il aurait fallu qu'il fût autre, c'est-à-dire que son parcours de vie fût autre, que sa génétique fût autre, que ses émotions, que ses désirs, que ses passions fussent autres. Mais, il est LUI et il n'est pas responsable de ce qu'il EST!

Ce qui nous fait juger, haïr, condamner (ou récompenser) un individu, c'est cette notion qu'il agit avec une intention consciente de faire le mal (ou le bien). Il en est ainsi envers nous-mêmes lorsque nous nous sentons coupables (ou fiers) d'une action quelconque.

Les pensées nous viennent, on ne contrôle pas leur venue, on ne contrôle pas leur contenu, on ne contrôle pas leur intensité... et pourtant, nos pensées et les émotions qui en découlent sont la source de nos actions!

Pour pouvoir affirmer qu'on a le libre arbitre, il faudrait que notre volonté ne subisse aucune influence extérieure. C'est dans la délibération qui précède la décision de faire ou de ne pas faire que devrait intervenir le libre arbitre. Le problème est que la volonté est l'émanation de celui qui veut mais, celui qui veut est l'émanation des AUTRES!

Alors, la volonté est définitivement sollicitée de l'extérieur! Dieu (Dieu ait son âme!) doit bien se demander pourquoi ces imbéciles d'humains ont inventé l'enfer!

Pour terminer, une petite histoire... Il y a une vingtaine d'années, deux femmes ont accouché dans un hôpital de Montréal, chacune d'un bébé mâle. L'une était québécoise, l'autre était une musulmane de passage à Montréal. Un imbroglio s'est produit et les bébés n'ont pas été remis à la bonne mère. Chacune retourna chez elle, bien fière de sa progéniture.

Quelque vingt ans plus tard, le «Québécois» est reçu notaire et le «musulman», élevé dans la bande de Gaza, se fait exploser à Jérusalem!

Réfléchissons à ça!

Maurice Milot

Trois-Rivières




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer