Le carrefour des lecteurs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste
Le Nouvelliste

Le livre n'est pas mort à Shawinigan

En réaction à la lettre de Guy Arcand intitulée «Une ville sans librairie est une ville sans culture».

La récente annonce de la fermeture de la succursale Renaud-Bray de la Plaza de la Mauricie a donné lieu à quelques échanges aigres-doux et à une affirmation aussi péremptoire qu'inexacte. Avec cette fermeture, Shawinigan, privée de librairie serait désormais une ville «sans culture».

Or, il y a toujours à Shawinigan une excellente librairie et qui plus est, créée et administrée par un Shawiniganais de naissance dont le travail créatif est connu et admiré ici et ailleurs. Qui dans la région ne connaît pas Bryan Perro? Mais on dirait que Perro Libraire est moins connu que son créateur. Vrai que son établissement est un peu «confidentiel», discrètement installé au 580 avenue du Marché. Il n'en demeure pas moins qu'il s'agit là bel et bien d'une librairie avec tous les attributs auxquels on s'attend quand on la découvre et que l'on s'y rend pour bouquiner un peu.

La direction de Renaud-Bray, en l'occurrence le Montréalais Blaise Renaud, sans doute grand connaisseur des habitudes d'achat des gens de la région, invite les Shawiniganais à se procurer leurs livres chez lui, mais à Trois-Rivières. Fort bien! C'est son droit. Mais c'est aussi le droit des lecteurs du coin de voir s'il n'y aurait pas, près de chez eux, quelqu'un capable de très bien les servir. Et pourquoi ne serait-ce pas Perro Libraire?

Jean-François Couture

Sainte-Thècle

Monsieur Donaldson a tellement raison!

En réaction à l'article de Martin Lafrenière portant sur les soins dans les CHSLD et sur les propos de M. Yves Donaldson, publié dans notre édition du 12 avril.

Il y a quelques années ma mère a été résidente dans un CHSLD (La Providence) situé dans l'ancien hôpital Saint-Joseph et comme j'allais tous les jours voir ma mère, j'ai eu la chance de côtoyer ce monsieur.

Ce qu'il raconte est tout ce qu'il y a de plus vrai. Il m'est déjà arrivé de surprendre ma mère a tremper son petit morceau de gâteau dans sa soupe ou de manger son spaghetti avec ses doigts. J'ai été témoin de nombreuses situations qui ne me donnent pas le goût d'aller y vivre un jour.

Heureusement que des personnes comme Yves Donaldson prennent vraiment à coeur le bien-être des bénéficiaires. Comme bien d'autres, il tentait tant bien que mal de faire rire, de réconforter et de mettre un peu de bonheur dans le coeur des personnes qui n'ont malheureusement que très peu de moments réjouissants dans nos CHSLD.

Vivement des personnes comme lui a la tête de notre système de santé. Ah non, c'est vrai... Elles n'ont pas les études pour gérer tout ça; ce ne sont que des gens de terrain après tout...

À tous les Yves Donaldson qui prennent soin de nos personnes en CHSLD, je vous souhaite de pouvoir un jour faire votre travail dans des conditions qui permettront à vos résidents de vivre dans la dignité.

Vous comprendrez qu'en ce qui me concerne je me souhaite de ne jamais me retrouver en CHSLD, du moins pas dans les conditions dont j'ai été témoin pour ma mère.

 

Michel Pothier

Trois-Rivières

Pâques: la plus grande fête chrétienne de l'année

Nous nous remémorons cette semaine le dernier repas que Jésus, fils de Dieu, a partagé avec ses apôtres: la consécration du pain et du vin.

Vendredi, jour de la mort sur la croix, nous observons traditionnellement un moment de recueillement à 15 h. Nous vivons dans l'espoir de la résurrection de Jésus.

Pâques est la fête de la vie, de l'amour, de la foi, de l'espérance et de la charité. En plus, c'est une grande fête familiale.

Gardons cette fête patrimoniale et symbolique.

Joyeuses Pâques à tous!

Léonne Veillette-Hamelin

Trois-Rivières




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer