L'eau et des citoyens causent des problèmes

La chaussée du rang Saint-Louis à Saint-Paulin.... (Stéphane Lessard)

Agrandir

La chaussée du rang Saint-Louis à Saint-Paulin.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'auteur, Serge Dubé, est maire de Saint-Paulin.

Le vendredi, 7 avril dernier, la municipalité de Saint-Paulin a vécu un sinistre lié au dégel. La chaussée de la côte du rang Saint-Louis (16 % de pente) a été emportée par un brusque écoulement des eaux de surface qui ont miné l'emprise d'un tronçon d'une centaine de mètres et emporté la chaussée. Deux résidences en aval se sont retrouvées isolées au bout du rang sans issue. La Municipalité et la Sécurité civile ont fait le nécessaire et, en soirée, un passage sécuritaire a été rétabli. Les citoyens concernés ont choisi de ne pas quitter leur résidence pendant la journée. Le service d'aqueduc du secteur a été interrompu, par mesure préventive, pendant environ quatre heures. Les autres services, comme les communications téléphoniques et internet, pourtant menacés, ont été maintenus.

Deux familles ont été affectées par l'événement. L'une a apprécié nos actions et l'a fait savoir privément aux personnes concernées. L'autre s'est employée à nous dénigrer publiquement au Téléjournal Mauricie de Radio-Canada du 7 avril et dans un article du Nouvelliste publié le 8 avril. Mon devoir m'impose de remettre les tasses dans leurs soucoupes!

La Municipalité, en 2015-2016, a investi quelque 400 000 $ pour améliorer la configuration de la côte et prolonger l'aqueduc jusqu'au bout du rang pour desservir le secteur dont le puits privé ne répondait plus à tous les besoins. Le projet a été subventionné à hauteur de 50 %. La communauté de Saint-Paulin a investi de ses deniers, solidairement, au profit de seulement deux familles. Les travaux ont été faits selon les règles de l'art et conformément aux exigences ministérielles. Depuis sa mise en service, l'ouvrage était stable. 

Nos services techniques, qui connaissent très bien les zones à risque de notre territoire, avaient inspecté les lieux la veille du sinistre et rien ne permettait de l'appréhender. Si les résidents du secteur ont observé une anomalie en soirée, ils ne l'ont pas signalée à nos services. Au réveil, le mal était fait.

Un plaignant a bien rencontré la Municipalité parce qu'il constatait la présence d'eau au sous-sol de son lieu de résidence. Il attribuait le fait au mauvais fonctionnement d'un ponceau à proximité. Après examen, nos services techniques ont jugé que l'entrée d'eau au sous-sol de la résidence ne pouvait pas être imputable au ponceau en question. Dans tous les contacts de la famille avec la Municipalité, jamais il n'a été question d'un risque d'effondrement de la chaussée en amont de sa propriété.

Le sinistre lui-même a été géré efficacement. Prévenu vers 8 h du matin par la SQ, notre directeur du Service des travaux publics, M. Gilles Bergeron, s'est affairé. Il a visité les lieux et sécurisé la circulation dans le secteur. Il a prévenu son patron, notre directeur général, M. Ghislain Lemay, qui a pris charge des démarches administratives. Parallèlement, M. Bergeron contactait la Sécurité publique comme le veut la procédure de ce ministère; la fonctionnaire de service, retenue sur les lieux d'autres sinistres, n'a pas pu se présenter chez nous avant le début de l'après-midi. M. Bergeron avait contacté nos fournisseurs locaux et organisé l'intervention de voirie pour qu'elle débute après avoir obtenu les autorisations ministérielles nécessaires. Dès 13 h 30 et jusqu'à 21 h environ, les travaux d'urgence ont été réalisés pour rétablir une voie de circulation sécuritaire.

Lundi, nos services municipaux et le personnel gouvernemental de la Sécurité publique ont procédé à un diagnostic détaillé de la situation. Des professionnels planifient les travaux de remise en état en ajoutant des précautions pour éviter un autre sinistre au même endroit. La Municipalité sera admissible au financement gouvernemental en pareille situation comme m'en a assuré le député provincial, M. Marc Plante, venu sur les lieux vendredi pour encourager les citoyens sinistrés et la Municipalité. 

Dans ce dossier, je crois que le «système» a bien fonctionné et j'en remercie notre personnel, nos partenaires gouvernementaux et nos fournisseurs locaux appelés en renfort. Je trouve regrettable que des citoyens s'emploient à saper les efforts de tant de personnes dévouées. Heureusement, il y a aussi des citoyens qui savent exprimer leur reconnaissance à leur Municipalité pour avoir géré un sinistre éprouvant avec diligence, courtoisie et efficacité.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer